Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Coronavirus : "Le virus ne va pas forcément disparaître" selon le professeur Eric Caumes

-
Par , France Bleu Paris

Le nouveau virus Covid-19 continue de se propager et de manière rapide dans le monde et en France. La contagion peut-elle être stoppée ? "Non", répond le chef de service des maladies infectieuses et tropicales de la Pitié-Salpétrière, ce vendredi.

Eric Caumes, chef de service des maladies infectieuses et tropicale à la Pitié-Salpétrière.
Eric Caumes, chef de service des maladies infectieuses et tropicale à la Pitié-Salpétrière. © Maxppp - OHANNA LANZEROTI

Vingt nouveaux cas en 24h, la contagion s'accélère en France._"_On va avoir un scénario à l'italienne, avec une multiplication des cas secondaires et des petits foyers épidémiques", estime le professeur Eric Caumes sur France Bleu Paris, qui ne se dit pas forcément surpris mais pointe plusieurs difficultés dans les hôpitaux si un foyer épidémique débarque en Ile-de-France.

"Nos hôpitaux sont en difficulté avec un manque de personnel non-médical, notamment dans les hôpitaux de l'Ile de France qui vont être l'épicentre de l'épidémie naissante", prévient Eric Caumes. La capacité des hôpitaux de l'AP-HP à gérer une crise sanitaire "dépendra de l'afflux de malades".

Il va surement falloir déprogrammer des interventions non-urgentes

A ce jour trois hôpitaux parisiens sont équipés pour traiter et soigner les cas contaminés (Pitié, Bichat et Necker). "D'autres hôpitaux vont monter en première ligne" assure Eric Caumes, "donc il y aura suffisamment de médecins." Mais pour les lits "ça va être plus délicat, ça va dépendre de l'ampleur de l'épidémie, il va surement falloir déprogrammer des interventions non-urgentes, et il va falloir continuer à gérer l'habituel".

On ne sait pas où on va 

Le nouveau coronavirus "n'est pas plus contagieux que la grippe, c'est à peu près du même ordre, mais il existe des super-contaminateurs, des personnes qui sécrètent tellement de virus qu'elles sont capables de contaminer plusieurs personnes autour d'elles, et c'est ceux-là qu'il faut absolument repérés pour limiter un développement trop rapide de l'épidémie."

La contagion peut-elle être stoppée ? La réponse est "non" pour le professeur Eric Caumes, "parce qu'il y a trop de patients porteurs sains et asymptomatiques". Avec la grippe qui évolue en parallèle, "il sera impossible de distinguer les personnes malades de la grippe et de coronavirus". 

"On ne sait pas où on va en fait, il suffit que les températures remontent de 15 degrés d'un seul d'un coup et le virus ne va plus se sentir très bien, on ne sait pas. Je pense que le virus ne va pas forcément disparaître, il va devenir endémique et évoluer à un bas niveau, comme d'autres coronavirus humains qui circulent parmi nous régulièrement." Le Covid-19 pourrait faire partie de notre quotidien et revenir de façon récurrente, "c'est une possibilité qu'il faut envisager", mais sans inquiétude assure le professeur Eric Caumes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu