Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les aides à domicile débordés demandent de l'aide

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Les Français sont confinés, mais les aides à domicile continuent de se déplacer chez les personnes âgées, parmi-eux, des malades du coronavirus. Et déjà les services de soins et d'accompagnement à domicile sont débordés : ils craignent la catastrophe et demandent de l'aide.

Illustration
Illustration © Radio France - PHOTOPQR/LA MONTAGNE / FLORIAN SALESSE

La France est en confinement depuis ce mardi, afin de freiner la propagation de l'épidémie du virus Covid-19. Vos parents, grands-parents sont isolés, vous vous demandez si leur aide à domicile va continuer à leur rendre visite ? Les entreprises essayent de s'organiser pour tout concilier et faire face à la crise sanitaire. C'est devenu très compliqué d'assurer les prestations pour certaines associations.

Une réduction à l'essentiel de l'aide à domicile

La Fedosad (Fédération Dijonnaise des Œuvres de Soutien A Domicile) gère 650 salariés sur le territoire et près de 3000 clients. Habituellement ils sont répartis sur un EHPAD, un établissement spécialisé, un accueil de jour et du service à domicile. En cette période de confinement forcément tout est bousculé : l'EHPAD n'autorise plus les visites sauf pour les personnes en fin de vie et l'accueil de jour a fermé car cela allait contre le confinement.

Au niveau du service à domicile n'est préservé que l'essentiel. Ce qui relève de l'hospitalisation et du soin est assuré, de même pour l'accompagnement  indispensable au quotidien : repas, lever, prise de médicaments ou encore la toilette. Le reste comme le ménage ou le repassage est souvent annulé, ou se fait plus rare. Normalement les familles sont prévenues. 

De nombreux clients eux-mêmes contaminés

De nombreux clients sont contaminés au Covid-19 et restent chez eux. Le personnel doit donc prendre des précautions : gestes barrières, gel hydroalcoolique et masques. Sauf qu'ils n'en ont presque plus, à peine pour tenir six jours à raison de deux masques par jour alors que normalement il faut le changer toutes les trois heures. Sans compter le problème des transports qui fonctionnent au ralenti. 

"C'est chaud on est sur le pont, avant même la vague de malades attendue" - Olivier Terrade, directeur général

De plus, seul un tiers des employés est considéré comme "soignants", ce qui veut dire que pour les autres, soit 450 salariés, leurs enfants ne sont donc pas gardés par le rectorat. Les aides à domicile qui servent le repas par exemple, sont différenciées des infirmiers alors qu'ils sont autant exposés aux risques. Résultat : les salariés se mettent en arrêt maladie, ce qui donne un roulement à flux tendu.

Pourtant, ils ont besoin d'économiser des forces avant le pic de l'épidémie. "C'est chaud on est sur le pont, avant même la vague de malades. Pour l'instant on tourne comme ça, mais on risque de ne pas tenir longtemps," craint Olivier Terrade, le directeur général de la Fedosad. Déjà touchés par un afflux de malades, ils se préparent à gérer tous ceux qui vont sortir du CHU, ainsi que ceux qui auront besoin de soins. 

Un appel à l'aide

Les aides à domicile se préparent à partir au front, ainsi tout Côte-d'orien qui aurait un diplôme de soignant ou d'aide à domicile (retraité ou autre) est appelé à sortir du confinement pour venir renforcer les troupes. Cela peut-être simplement pour des missions d'accompagnement pour les personnes handicapées, ou encore les repas des seniors. 

Ces personnes seraient employées par l'entreprise et auraient donc une autorisation de sortie. Pour cela, contacter la FEDOSAD : 03.80.73.92.92 ou siege.social@fedosad.fr.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess