Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les associations caritatives très sollicitées, la crise sociale après la crise sanitaire

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Intérimaires, étudiants, familles en difficulté, ils sont de plus en plus nombreux à solliciter les associations caritatives pour se nourrir. La générosité des Alsaciens pendant le confinement et l'apparition de nouveaux bénévoles ont permis d'absorber ce choc. Mais est-ce que cela va durer ?

Pendant le confinement, Roland Margelidon a commencé à distribuer des petits déjeuners pour Caritas et ce jeune chef d'entreprise de 24 ans entend bien poursuivre son bénévolat
Pendant le confinement, Roland Margelidon a commencé à distribuer des petits déjeuners pour Caritas et ce jeune chef d'entreprise de 24 ans entend bien poursuivre son bénévolat - Caritas Alsace

Au Secours populaire du Bas-Rhin, le nombre de bénéficiaires des colis alimentaires a progressé de 45 % en deux mois. Les Restos du Cœur n'ont pas encore de chiffre précis, mais son vice-président départemental Patrick Gruber constate aussi que son association aide plus de monde : "Nous avons mis en place ce qu'avait prôné Coluche en 1985, c'est de ne pas laisser une personne avoir faim, ni avoir soif. On ne fait pas de différences entre les personnes inscrites sur nos registres et celles qui ne le sont pas, qui ne peuvent pas prétendre à l'aide alimentaire. On aide tout le monde, avec un colis traditionnel pour les personnes inscrites, un colis de dépannage pour les autres".

Parmi ces nouveaux bénéficiaire, il y a beaucoup d’étudiants (le Secours populaire a mis en place des distribution spécifiques pour les étudiants à Strasbourg, ils sont plus de 200 à faire la queue à chaque fois), des intérimaires ou encore des familles qui souffrent de la crise du coronavirus. 

Cette assistante maternelle, qui a tenu à rester anonyme, a deux enfants à charge et a perdu quasiment tout son travail. "J'avais trois contrats, un de 700 euros, un autre de 600 euros et un autre d'à peu près 600, détaille-t-elle. Il me reste un seul contrat de 600 euros, et je paie 550 euros de loyer, il me reste donc 50 euros pour manger et payer mes factures. Je suis donc allé à Caritas, c'est une aide importante, tout ce qui est riz, pâtes, lait, légumes, des choses nécessaires".

Un pic de générosité bienvenu

Heureusement, en Alsace, les dons des particuliers, des mécènes et des entreprises notamment dans l'agroalimentaire ont fortement augmenté pendant le confinement. "Ça a permis à peu près de compenser le surcoût dépensé en chèques service, en bons alimentaires supplémentaires, rapporte Olivier Coupry, le directeur de Caritas Alsace. Je remercie vraiment cet élan de générosité très puissant des Alsaciens. Mais il subsiste une inquiétude sur la fin d'année, car on va vers une augmentation de la précarité, voire de la pauvreté. Il y a eu un pic de générosité correspondant à nos besoins d'urgence, maintenant est-ce que dans la durée, la générosité habituelle des Alsaciens va être là ? C'est difficile, d'autant que certains de ses Alsaciens eux-mêmes seront victimes de la crise". 

De nouveaux bénévoles

Pendant la période du confinement, les associations caritatives ont vu arriver de nouveaux bénévoles, plutôt jeunes, qui ont notamment assuré les distributions alimentaires, avec masques et gants, et en respectant des conditions sanitaires strictes, pour éviter la propagation du coronavirus. Ça a permis à la plupart des bénévoles plus âgés, notamment les retraités qui forment le gros des troupes, de rester chez eux et de ne pas prendre de risques.

Les bénévoles de Caritas ont distribué des petits déjeuners pendant la période de confinement
Les bénévoles de Caritas ont distribué des petits déjeuners pendant la période de confinement - Alexandre Schlub

Léa a servi des petits déjeuners pour Caritas, une première pour cette prof de lettres : "Je n'avais pas trouvé le temps pour le faire, mais la période du confinement m'a permis de m'investir. C'est réconfortant d'aider les gens, mais on se sent parfois démunie pour approcher ces personnes-là. C'est délicat de trouver les mots pour les aider, quand on n'a jamais connu la rue ou les situations précaires".

En raison justement des contraintes sanitaires pendant la distribution de colis alimentaires, les associations n'ont pas pu accueillir, et de loin, tous les gens qui proposaient leurs services. Plus de 300 personnes ont, par exemple, contacté les Restos du Cœur du Bas-Rhin pour devenir bénévoles. 

Fidéliser ces nouveaux bénévoles pour ne pas manquer de bras

L'objectif des associations caritatives, c'est maintenant de fidéliser ces nouveaux bénévoles. "C'est tout l'enjeu de l'affaire, explique Olivier Coupry, le directeur de Caritas Alsace. Quand on a un jeune qui est venu faire une mission, un peu de type ONG, pendant le confinement. Demain, est-ce qu'il voudra bien continuer dans un autre domaine ? On en gardera certains et d'autres repartiront".

Roland Margelidon a distribué des petits déjeuners pour Caritas et il va continuer à donner de son temps pour l'association. "Ça change de mon travail au quotidien d'informaticien, je trouve ça enrichissant, témoigne ce jeune chef d'entreprise de 24 ans. Je compte continuer. Trois heures par semaine, c'est jouable pour beaucoup de salariés ou même d'étudiants à Strasbourg."

S'ils ne parviennent pas à fidéliser ces nouveaux bénévoles, les associations caritatives redoutent de manquer de bras face à la crise sociale qui s'annonce.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess