Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les associations de défense des personnes handicapées dénoncent une situation d'urgence

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Les associations représentant les personnes handicapées estiment être les oubliées de la pandémie de coronavirus. Absentéisme des aidants, manque de matériel de protection, elles dénoncent des situations d'urgence pour les plus fragiles et la frilosité des autorités. Témoignages dans l'Hérault.

Les associations demandent aux autorités de porter assistance aux personnes les plus dépendantes, très isolées depuis le confinement
Les associations demandent aux autorités de porter assistance aux personnes les plus dépendantes, très isolées depuis le confinement © Maxppp - Nicolas Barreau

Les associations de défense des personnes handicapées multiplient  les alertes ces derniers jours, craignant des cas d'isolement extrême  après plus de trois semaines de confinement. Deux inquiétudes majeures.

Avec la crise du coronavirus, des personnes dépendantes se retrouvent privées de l'aide nécessaire de leurs soignants et auxiliaires de vie. Ces associations pointent également la pénurie de matériel de  protection, qui met en péril les plus fragiles.

"Une personne dépendante, si elle n'a pas ses assistants, est plus qu'en danger".

Thierry  Descroix, 52 ans, tétraplégique, vit à Montpellier et il a bien failli  se retrouver dans cette situation. Une auxiliaire de vie en arrêt maladie. Une autre bloquée par le confinement en dehors de Montpellier.

"Sur la partie des soins les plus lourds le matin, il n'y avait plus personne. On a eu de la chance car on a pu se retourner vers un intervenant qui a pu se dépatouiller quelques jours pour me permettre de rester à domicile. Sinon je n'avais pas d'autre solution que me tourner vers l'hospitalisation". 

"Les hôpitaux n'ont sûrement pas besoin d'une personne tétraplégique, qui a besoin d'une assistance régulière et soutenue." Thierry, 52 ans

"Les hôpitaux sont déjà surchargés, ils n'ont  sûrement pas besoin d'une personne tétraplégique, qui a besoin d'une assistance régulière et soutenue. Donc ça aurait été une catastrophe. Il faut savoir qu'une personne dépendante, si elle n'a pas ses assistants, elle est plus qu'en danger."

Pénurie de matériel

L'autre crainte est liée à la pénurie de matériel de protection qui accroît le risque de contamination. Gabrielle Henry l'a vécu. Atteinte de BPCO (bronchopneumopathie  chronique obstructive), cette élue du conseil départemental de l'Hérault vit en fauteuil. "La vie sous confinement n'est pas simple", confie-t-elle. 

"Difficile de garder ses distances entre soignants et soignés". Gabrielle Henry, élue au département et vice présidente de la FNATH, fédération des accidentés de la vie

Ses soignants se passent plus. Elle a trouvé une solution pour la livraison des courses, mais regrette l'usage tardif des masques. "Mon aide soignant a été un cas suspect. Et donc moi aussi. Si on ne donne pas de matériel à ceux qui prennent en charge et à ceux qui ont une maladie chronique comme moi, ça pose un problème de santé publique".

Urgence absolue  

L'APF Occitanie, l'association des paralysés de France, demande du matériel pour  protéger les soignants et les auxiliaires de vie : 10.000 surblouses imperméables et 5.000 masques FFP2. Elle interpelle aussi les conseils départementaux.

"Vous avez des personnes qui se retrouvent seules, sans aucune assistance, s'alarme Noëlle Mary-Llopis, responsable régionale de l'APF. C'est l'urgence absolue. Seuls les conseils départementaux connaissent ces personnes, parce qu'ils assurent le paiement de la PCH, Prestation de compensation du handicap. Donc il faudrait qu'ils contactent toutes les personnes pour leur demander si elles ont besoin d'aide. Pour faire leurs courses, faire à manger, pour se laver... Pour ces personnes là qui sont vraiment très seules, on craint des drames". 

Face à l'urgence, un appel aux conseils départementaux. Noëlle Mary-Llopis, responsable régionale de l'APF

Une cellule de veille handicap

L'APF demande plus de coordination de la part des autorités et prend l'exemple de cette initiative dans la Loire : une cellule de veille handicap ouverte depuis le 23 mars, où sept écoutants se relaient 7 jours sur 7 de 8h à 21h pour accompagner les enfants et adultes en situation de handicap pendant le confinement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu