Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

Coronavirus : les cagnottes pour les hôpitaux fleurissent sur internet

-
Par , France Bleu Isère

Les personnels soignants sont sur le front depuis plus d'un mois face au coronavirus. Pour les aider, les remercier, les initiatives sont nombreuses. C'est le cas des cagnottes en ligne et l'Isère n'échappe pas à la règle.

Via son Fonds de dotation, le CHU a collecté 400.000 euros en un mois. Plusieurs cagnottes en ligne ont aussi vu le jour au profit de l'établissement.
Via son Fonds de dotation, le CHU a collecté 400.000 euros en un mois. Plusieurs cagnottes en ligne ont aussi vu le jour au profit de l'établissement. © Radio France - Laurent Gallien

vec le coronavirus, les initiatives solidaires se multiplient notamment pour aider les hôpitaux. On a vu des chefs étoilés, des restaurateurs, etc. faire don de repas. Des magasins apporter des gâteaux, des bonbons,  des boulangeries offrir des viennoiseries ou encore des entreprises donner leurs stocks de masques. Il y a aussi le don d'argent.

Certains se dirigent vers des structures référencées. On peut ainsi citer la Fondation Hôpitaux-de-France/Hôpitaux de Paris qui achète du matériel médical et paramédical, comme des respirateurs, des pousses-seringues, des pompes anti-douleurs, des brancards, etc. C'est ce qu'elle a fait par exemple, dans la région, pour les hôpitaux de Montélimar (100.000 euros), Chambéry (200.000 euros) ou Annecy (200.000 euros).

Plusieurs cagnottes en ligne pour le CHU de Grenoble

Parmi ces initiatives qui font appel à la générosité des uns et des autres, il y a aussi les cagnottes en ligne. Sur les sites spécialisés les plus connus, on en recense ainsi une dizaine pour les soignants d'établissements isérois. Mais, il y a le risque que l'argent ne soit finalement pas versé à l'établissement ou encore que l'argent ne serve pas précisément à la cause annoncée. 

Le CHU de Grenoble-Alpes, pour sa part, n'a pas rencontré de souci pour l'instant. Et il apprécie ces initiatives. "Ces cagnottes, elles manifestent une générosité, une envie de donner, donc notre premier regard est positif", indique Guillaume Duriez, responsable du Fonds de dotation du CHUGA, tout en précisant que si on a un doute sur la cagnotte, mieux vaut ne pas donner. 

Il y a aussi les cagnottes créées par des associations locales qui ont pignon sur rue, comme l'association des Brûleurs de Loups (hockey-sur-glace) . "On ne veut pas que l'argent soit donné comme ça. On tient à ce que ce soit pour les soignants", précise Catherine Normandon, la présidente. La cagnotte, qui affiche quelque 3.000 euros, est encore ouverte quelques jours et l'argent servira à aménager la salle de récupération et de décompression ouverte pour le personnel en première ligne pendant cette crise sanitaire. 

Les supporteurs du club de foot du GF38 dont la cagnotte dépasse les 20.000 euros, eux, se sont rapprochés du CHU pour acheter à chaque service du matériel pour améliorer le quotidien du personnel : des machines à cafés, réfrigérateurs, micro-ondes. Le CHU est aussi en contact avec les organisateurs d'une cagnotte dont le but est de payer des nuits d'hôtel aux parents d'enfants hospitalisés suite à la fermeture de la Maison des parents en raison du confinement.

Le CHU rappelle qu'il a sa propre structure dédiée aux dons 

Autre moyen sécurisé pour faire un don au CHU, c'est son Fonds de dotation, créée en 2017. "En trois ans, nous avons eu pour ce qui est des particuliers 80 dons, contre 1.600 depuis le début de l'épidémie. Un reçu fiscal est délivré, il y a un commissaire aux comptes qui vérifie comment l'argent est utilisé", fait savoir son responsable Guillaume Duriez. 400.000 euros ont ainsi été collectés en un mois. "L'argent ne sert pas à financer des équipements de protection, comme les masques, les blouses. L'hôpital le fait avec son budget. Il y a eu une tension mais ce n'était pas du à un souci d'argent, mais de stocks qui n'étaient pas disponibles au niveau national ou international", souligne-t-il.

L'argent, là, a permis la création de "la Bulle", la salle de récupération et de décompression; l'achat de 260 tablettes pour rompre l'isolement des patients confinés. Une partie sera reversée à la recherche médicale. "Comme on commence à avoir des dons importants, on les utilise aussi pour acquérir certains équipements comme deux lits très modernes pour la réanimation qui permettent de retourner les patients, là où aujourd'hui c'est une opération qui se fait avec une équipe de 4 ou 5 personnes", détaille Guillaume Duriez. Un nouvel automate de virologie pour faire des tests sanguins pour savoir si la population est immunisée va aussi être acheté.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

A Bourgoin-Jallieu, le CHPO préfère les dons en nature

A Bourgoin-Jallieu, par exemple, l'hôpital ne souhaite pas être associé à des cagnottes en lignes car il ne peut vérifier le bien-fondé de telle ou telle cagnotte. Sur son site internet ou sa page Facebook, il ne fait aucun appel aux dons en argent, même s'il en a reçu plusieurs et a remercié les donateurs. Il y a eu ainsi 300 euros via une cagnotte en ligne. Les associations de la commune de Domarin, elles, ont pris l'initiative de se mobiliser et promettent près de 3000 euros. Le centre hospitalier Pierre-Oudot n'a pas encore décidé comment cet argent sera utilisé. 

Le CHPO dit apprécier les dons en nature qui lui sont faits, aussi bien les repas apportés par les restaurateurs, que les denrées offertes par les boulangeries, les magasins du secteur, etc. Et il appelle régulièrement aux dons de matériel : il a besoin en ce moment, par exemple, de sur-blouses. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess