Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les courses coûtent-elles plus cher depuis le début du confinement ?

Des clients assurent que le prix de leur panier de courses a augmenté ces derniers jours. La hausse n'est pas globale, mais peut concerner certains petits commerces indépendants. Elle peut aussi s'expliquer par des changements d'habitudes liés aux mesures de confinement.

Illustration - courses dans un supermarché
Illustration - courses dans un supermarché © Maxppp - Sebastien JARRY

"J'ai reçu des mails de plusieurs personnes, ticket de caisse à l'appui, qui prouvent que les prix ont fortement augmenté depuis le confinement", raconte Jamy Belkiri, la présidente de l'association Familles de France dans les Bouches-du-Rhône. "Je suis allée chez mon marchand de légumes pour vérifier. Je l'ai vu changer l'étiquette sur l'ail. Les gousses sont passées à 15 euros le kilo !

La mâche aussi. Avant, elle coûtait 6 euros le kilo, et maintenant, elle est à 10,99 euros", s'indigne la présidente d'association. Mais les prix ont-ils réellement gonflé depuis le début de la crise du Covid-19 ? 

Une possible hausse dans les petits commerces

Si la hausse est constatée dans les petits magasins, elle peut s'expliquer par trois facteurs précise Olivier Carle, vice-président de l'association Terre de Commerces : "Il peut y avoir des gens qui profitent de la situation et c'est condamnable. Après, je pense qu'il y a des problèmes d'approvisionnement puisqu'il y a eu une désorganisation du système de transports en France, du fait de l'épidémie.

Il est possible aussi que les petits commerçants, n'étant pas adhérents de grandes plateformes, soient la dernière roue du carrosse et payent un peu plus chers certains produits".

Des habitudes de consommation bousculées

Face aux mesures de confinement, certains consommateurs peuvent également être obligés de changer de magasins ou de se tourner vers des produits qu'ils n'achètent pas habituellement. Cela peut expliquer l'impression d'une hausse des prix, dans les supermarchés notamment. "Dans les deux grands magasins que je fréquente, les rayons sont vides sur pas mal de produits de première nécessité comme le riz, les pâtes, le beurre... Il ne reste souvent que les produits plus chers. Je les achète donc, et mes factures dépassent 50 euros, ce qui n'est pas la somme que je prévois quand je vais faire mes courses trois fois par semaine", raconte Jacques, un habitant de Cannes.  

La hausse des prix dans les grandes enseignes n'est donc qu'une impression pour Jean-Luc Fechner, le président de la fédération du commerce et de la grande distribution en PACA. "Il n'y pas d'augmentation, ni dans les supermarchés, ni dans les hypermarchés, ni dans les petits commerces de proximité qui appartiennent à de grandes enseignes", explique-t-il. 

L'État veille au grain

Les pouvoirs publics surveillent les prix pratiqués par la grande distribution. "En ce qui concerne les fruits et légumes par exemple, à l’exception d’un faible nombre de références, il n’a pas pour l’instant été constaté de hausses anormales des prix", détaille dans un communiqué la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes).

L'administration a constaté des hausses de prix des transports qui peuvent avoir un impact, mais elle veille "à ce qu’aucun opérateur ne profite de la situation actuelle pour pratiquer des hausses excessives. Des contacts journaliers avec la grande distribution et les grossistes permettent un suivi de l’évolution de l’activité"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu