Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : trois semaines après sa mise en place, les effets très limités du confinement en Bretagne

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Trois semaines après le début du confinement et une semaine avant la fin de la limitation de circulation de 10 kilomètres, les effets du confinement semblent très limités en Bretagne. Taux d'incidence, taux de positivité, hospitalisations, on fait le point sur la situation.

Le service de réanimation d'un hôpital. (Illustration)
Le service de réanimation d'un hôpital. (Illustration) © Radio France - Rémi Brancato

Jean Castex l'a confirmé. Le 3 mai, il sera possible de reprendre les déplacements entre régions. La limitation de 10 km autour de son domicile prendra fin. Elle avait été mise en place le 3 avril afin de freiner la nouvelle vague d'épidémie de coronavirus dans le pays. Trois semaines plus tard, en Bretagne, l'effet des mesures semble très limité.

1. Le taux d'incidence est resté stable

Alors qu'il y a 10 jours, le taux d'incidence semblait connaître un fléchissement (en partie dû au lundi de Pâques), les chiffres communiqués ce vendredi 23 avril par l'agence régionale de santé montre que ce dernier a stagné ces trois dernières semaines. Le 2 avril, le taux d'incidence était de 199,5 cas pour 100.000 habitants dans la région. Il est désormais de 192,2 cas pour 100.000 habitants. L'Ille-et-Vilaine affiche toujours le plus haut taux (270,1), devant le Morbihan (203,2), les Côtes-d'Armor (196,8) et le Finistère (86,9). Ces taux sont en légère baisse partout, sauf dans le Morbihan.

Si les mesures de confinement n'ont pas permis de faire baisser de façon importante le taux d'incidence, on peut estimer qu'elles ont permis de stopper l'ascension de la courbe.

2. Le taux de positivité en hausse continue

En parallèle du taux d'incidence, il faut aussi observer le taux de positivité des tests réalisés en Bretagne. Le 2 avril, la veille du confinement, 5,5% des tests réalisés étaient positifs au Covid-19. Ce vendredi 23 avril, l'agence régionale de santé recense 7,5% de taux positifs au coronavirus. Pourtant, le nombre de tests n'a cessé de baisser en Bretagne, passant de plus de 107.000 tests lors de la première semaine d'avril à 77.500 tests entre le lundi 12 et le dimanche 18 avril.

3. Toujours plus de malades dans les hôpitaux

C'est l'un des chiffres les plus observés par le gouvernement pour décider des mesures sanitaires à mettre en place : le nombre de patients hospitalisés à cause du Covid-19. En Bretagne, comme ailleurs en France, il est en hausse depuis trois semaines. Ce vendredi 23 avril, l'agence régionale de santé recense 812 personnes hospitalisées à cause du coronavirus en Bretagne. Ils étaient 791 le 2 avril avant la mise en place des nouvelles mesures sanitaires. Trois semaines plus tard, près de 80% des lits de réanimations sont occupés, ce qui représente 136 malades. Un chiffre, là aussi, en hausse. La tension hospitalière reste très forte à une semaine de la levée des restrictions.

4. Plus d'une centaine de morts en trois semaines

Ces trois dernières semaines, 117 patients sont décédés dans les hôpitaux bretons à cause du coronavirus. La région recensait 106 morts sur la même durée avant la mise en place des nouvelles mesures. Au total 1.452 patients sont décédés du coronavirus en Bretagne plus d'un an après le début de l'épidémie. Il faut y ajouter les 332 résidents d'Ehpad, soit 1.784 personnes.

5. Et la Bretagne par rapport aux autres régions ?

Malgré ces chiffres qui montrent les effets très timides du troisième confinement sur l'épidémie de Covid-19 en Bretagne, il faut indiquer que la région reste la troisième région de France la moins touchée par le virus derrière la Corse et la Nouvelle-Aquitaine. Dans ces trois régions le taux d'incidence pointe en dessous de 200 cas pour 100.000 habitants alors qu'il flirte avec la barre des 300 cas en Normandie, dans les Pays-de-La-Loire ou en région Centre. Cette situation plus favorable a poussé le président de la région Loïg Chesnais-Girard a demandé au gouvernement de faire de la Bretagne un "laboratoire" pour le déconfinement. Pour le moment, aucune suite n'a été donnée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess