Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les internes s’organisent pour lutter contre l’épidémie en Franche-Comté

Avec 480 malades hospitalisés ce mardi, l’épidémie de coronavirus continue de progresser en Franche-Comté. Au même titre que tous les soignants, les internes sont très mobilisés. Les syndicats d’internes ont mis en place une cellule de crise pour mutualiser leurs effectifs sur toute la région.

Coronavirus à l'hôpital : illustration.
Coronavirus à l'hôpital : illustration. © Maxppp - Alexandre Marchi

L’épidémie de coronavirus continue de progresser en Bourgogne-Franche-Comté : selon le dernier bilan de l'ARS, au 24 mars, il y a 86 morts en établissements de santé, plus de 120 patients en réanimation et 480 personnes hospitalisées. Tous les soignants sont mobilisés et les internes ne dérogent pas à la règle. "Chacun a montré une grande volonté d’apporter son aide pour lutter contre l’épidémie", raconte Ilyas Oubenaissa, interne à l’hôpital de Vesoul. 

C’est une vocation, c’est pour ce genre de cas qu’on a choisi de faire médecine – Ilyas Oubenaissa

En temps normal, les internes sont déjà indispensables au bon fonctionnement des hôpitaux, "là, dans le cadre du coronavirus, un effort supplémentaire est demandé aux internes, nous sommes impliqués à 300 %", explique l’interne qui est aussi président du syndicat des internes de médecine générale de Besançon. 

Une cellule de crise covid-19 mis en place par les internes

Pour répondre au mieux au besoin des hôpitaux, les deux syndicats d’internes ont mutualisé leurs effectifs. Ils ont aussi mis en place une cellule de crise afin de mieux s’organiser. « Nous avons réuni tous les internes volontaires pour assurer des tâches dans les différents hôpitaux de la région », explique Ilyas Oubenaissa. La liste des volontaires a été transmise à tous les hôpitaux : "On va surtout renforcer les équipes et remplacer les médecins qui sont malades, développe l’interne, et puis on va déplacer des internes pour mieux faire fonctionner les services où sont placés les patients atteints de coronavirus." 

Rester vigilant face à l’épuisement des soignants 

L’Intersyndicale nationale des internes (ISNI) appel à la vigilance face à l’épuisement des soignants et notamment des internes. « Déjà avant l’épidémie de coronavirus, les soignants étaient en nombre réduit et on tirait beaucoup sur les équipes. Avec les efforts supplémentaires qui sont demandés, il faut vraiment porter une grande attention pour éviter les situations d’épuisements », confie Ilyas Oubenaissa. 

Malgré la fatigue et l’inquiétude, les internes restent déterminés à « en découdre avec cette épidémie », affirme Ilyas Oubenaissa. « Il y a de la peur, certains internes sont en arrêts de travail, on a des confrères qui sont décédés, mais on a une conscience professionnelle. On a choisi de travailler dans les hôpitaux, de soigner les gens, il faut le faire », confie-t-il. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu