Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les Pays de la Loire devraient être classés en vert selon le préfet de région

Le préfet des Pays de la Loire estime que le nombre d'hospitalisations dues au Covid-19 dans la région "devrait permettre raisonnablement" de classer les cinq départements de la région en vert et de lancer le déconfinement le 11 mai prochain.

Claude d'Harcourt, préfet de Loire-Atlantique
Claude d'Harcourt, préfet de Loire-Atlantique © Radio France - Gregory Jullian

Le déconfinement devrait bien commencer le 11 mai prochain dans les Pays de la Loire, a expliqué le préfet de région, Claude d'Harcourt jeudi matin à quelques heures de la publication d'une première carte par le ministère de la Santé. "Vous savez qu'il y a trois critères qu'il faut respecter. Le plus important est le nombre d'hospitalisations pour cas de Covid-19. On peut considérer qu'il y aura [en France] un peu moins de la moitié des départements en zone rouge. Pour les Pays de la Loire, je pense que raisonnablement nous aurons des départements plutôt en vert". 

Cela signifie que la vie, l'activité va commencer à reprendre, sans attestation de sortie mais en limitant toujours les déplacements sur une distance de 100 kilomètres rappelle Claude d'Harcourt : "Le déconfinement va être extrêmement progressif". 

Des déplacements toujours limités

"Nous faisons un point quotidien" avec l'Agence régionale de santé sur le nombre de tests disponibles dans la région explique le préfet des Pays de la Loire "nous disposerons du nombre de tests nécessaires. Un effort considérable a été fournis de la part des laboratoires qui sont maintenant disponibles". C'est l'un des autres critères du classement de chaque département. Mais déconfinement n'égale pas une totale liberté de déplacement. 

"La liberté d'aller et venir" est acquise, souligne Claude d'Harcourt, "que dans la limite de 100 kilomètres. Mais il n'est pas question d'ouvrir les vannes. Le pays est dans une situation extrêmement difficile du point de vue sanitaire. Il ne faut surtout pas que le système sanitaire soit à nouveau engorgé". 

Des motifs impérieux de se déplacer encore à préciser

Seuls des motifs impérieux "encore à préciser", selon le préfet des Pays de la Loire, pourront justifier des déplacements au-delà de 100 kilomètres. Un grand-parent en fin de vie fera partie des raisons "valides" selon Claude d'Harcourt. "Mais le déplacement de loisir ne sera évidemment pas possible". Les gendarmes seront chargés d'assurer des contrôles dans la région. 

_On a verbalisé 16.000 personnes depuis le début du confinement sur un peu plus de 230.000 contrôles, à base de drones, de petits avions et de patrouilles mobile_s. Nous maintiendrons un dispositif de ce type, il sera simplement redéployé puisque la question ne sera plus les contrôles au sein des communes

L'Etat prendra en charge 50% du coût des masques grand public

Les habitants des Pays de la Loire devront obligatoirement porter un masque grand public dans les transports en commun et le plus possible dans les situations de contact avec d'autres personnes. Le département de la Mayenne va en distribuer gratuitement à chaque Mayennais mais au Mans, il faudra les payer. La municipalité organise un groupement d'achats pour que 41.000 masques soient vendus à prix coûtant dans les supermarchés de la ville. 

"La stratégie de déconfinement sera hyper-locale, avec une concertation maximum avec les élus. Je réunis d'ailleurs dès ce matin un groupe opérationnel, précise le préfet, Claude d'Harcourt. Il faudra admettre qu'il y ait des différences entre chaque communes. Dans tous les cas de figure, l'Etat s'est engagé à rembourser à hauteur de 50% le coût de ses masques, donc nous allons nous adapter selon les décisions prises par les élus municipaux". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu