Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les pompiers de Seine Maritime se préparent à la vague

Les sapeurs pompiers se préparent à l'arrivée massive de cas Covid 19 en Normandie. Leur mission : transporter les malades à l'hôpital. Ils sont équipés de kits de protection mais craignent de ne pas en avoir suffisamment si l'épidémie est trop forte.

Les sapeurs pompiers sont en première ligne pour transporter les malades du Covid 19 à l'hôpital.
Les sapeurs pompiers sont en première ligne pour transporter les malades du Covid 19 à l'hôpital. © Radio France - Clémentine Sabrié

Les pompiers seino-marins se préparent à la vague.  Ils savent que dans les jours à venir ils seront fortement sollicités pour transporter à l'hôpital des malades du coronavirus. Jusqu'ici, l'activité est encore assez calme. Mardi 24 mars, par exemple, le Service départemental d'incendie et de secours de Seine Maritime a réalisé 171 interventions, c'est 28% de moins par rapport à la normale. Sur ces 171 interventions, 25 étaient liées au Covid 19. 

Même si la situation en Normandie n'est pour l'heure pas aussi alarmante que dans le Grand Est ou en région parisienne, le SDIS 76 est déjà en cellule de crise. Direction et syndicats ont des échanges quotidiens et s'accordent sur le protocole sanitaire à tenir. Les organisations syndicales ont notamment obtenu que toutes les personnes prises en charge par les pompiers soient équipées d'un masque, même celles qui ne présentent pas de symptômes Covid, pour éviter toute contamination éventuelle. 

"Pour nous le plus gros risque, explique Bertrand Boclet, président du Syndicat Autonome de Seine Maritime, c'est qu'un certain nombre de pompiers soient malades et que nos missions régaliennes comme les incendies, le secours routier et les accidents sur la voie publique ne soient plus assurées". Et celui qui travaille à la caserne de Rouen Sud ajoute: _"_Demain qui pourra éteindre les incendies à part nous? Ce n'est pas le cas du transport sanitaire qui peut être fait par des associations ou autre."

La question à la sortie de notre garde, c'est : est ce que je ramène la maladie à la maison?

Les pompiers de Seine Maritime sont jusqu'ici bien équipés en matériels de protection. Une spécificité qui remonte aux années 2000, lors des nombreux cas de méningites dans l'est du département. Ces "kits bio", comme les agents les appellent, sont composés d'un masque FFP2, d'une charlotte, d'une sur-blouse et de lunettes. "Maintenant, reste à savoir combien de personnes nous allons prendre en charge et si le matériel du SDIS sera suffisant", s'interroge Bertrand Boclet.

Le représentant du Syndicat Autonome se dit écouté par sa hiérarchie et juge la situation "sereine" avec le Service départemental. En revanche, ses collègues et lui ne se sentent pas reconnus au niveau national. "Dans aucun des discours du président de la République, les sapeurs pompiers n'ont été mis en avant alors qu'en amenant les malades à l'hôpital nous sommes un maillon de la chaîne", reproche Bertrand Boclet. 

Les pompiers demandent aussi à pouvoir bénéficier des tests à venir, comme les personnels soignants. "Faut quand même pas oublier que la question qu'on se pose en ce moment à la sortie de notre garde, c'est : est ce que je ramène la maladie à la maison avec ma femme et mes enfants?"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu