Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les pompiers du Cher ont assuré !

-
Par , France Bleu Berry

L'activité des pompiers du Cher en baisse d'environ 20 % depuis le début du confinement mi-mars. Il y a moins d'accidents de la route, un peu moins d'incendies également. Les secours à personnes représentent toujours plus de 80 % des interventions.

Le nombre de malades du Covid est plutôt faible chez les pompiers du Cher
Le nombre de malades du Covid est plutôt faible chez les pompiers du Cher © Radio France - Michel Benoit

Durant les premières semaines, les pompiers ont réalisé énormément de transport de malades du Covid. Aujourd'hui cela va beaucoup mieux se réjouit le Colonel Didier Marcaillou, directeur des services d'incendie et de secours du Cher : " On faisait jusqu'à 18 à 20 transports par jour de malades du coronavirus ou de cas suspects. Ensuite, des gardes ambulancières dédiées aux cas Covid, ont été organisées, financées par l'Agence Régionale de Santé. Cela nous a soulagés, puisqu'on n'en réalise plus que cinq ou six par jour." 

Le colonel Didier Marcaillou, directeur du SDIS du Cher
Le colonel Didier Marcaillou, directeur du SDIS du Cher © Radio France - Michel Benoit

On dénombre 6 cas avérés de Covid parmi les pompiers du département et une vingtaine de suspicion. La plupart ont repris le travail. Une seule personne a été hospitalisée, durant une journée. Une soixantaine d'agents ont dû se surveiller pour voir s'ils développaient les symptômes de la maladie. Un nombre limité qui n'a donc pas désorganisé les services. Il faut dire que les pompiers du Cher ont toujours disposé de masques FFP2, systématiquement revêtus lors de secours à personne : " On gère nos stocks habituels, explique le colonel  Didier Marcaillou. On savait de toute façon qu'on n'aurait pas de livraisons supplémentaires de matériels de protection. On a donc géré en conséquence en évitant toute surconsommation. La baisse d'activité nous a permis d'économiser quelques matériels et on thésaurise le plus possible. Je suis serein concernant  les équipements de protection. On a quasiment deux mois de stocks et on peut affronter les mois de mai et juin. " 

Les sapeurs-pompiers ont pris leur part du travail
Les sapeurs-pompiers ont pris leur part du travail © Radio France - Michel Benoit

Les ambulances sont systématiquement désinfectées après chaque transport de malade suspect. En cas de doute, les pompiers doivent également appliquer un protocole précis à leur retour à la caserne : " Si les agents n'ont pas revêtu l'ensemble des protections nécessaires, ils procèdent au nettoyage complet de leur tenue au retour d'intervention, et il prennent une douche avant de repartir " détaille le capitaine Maxime Mouission, chef de la caserne des Danjons à Bourges. Les pompiers du Cher affichent donc une certaine sérénité, en attendant la sortie du confinement le 11 mai : " C'est la grande interrogation, confie le colonel Marcaillou. Si les choses se passent mal, il y aura un nouveau pic Covid mi-juin. On doit être prêt.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess