Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les sorties en montagne fortement déconseillées par les secours

-
Par , France Bleu Isère

Pour participer à endiguer l'épidémie du covid-19 et éviter d'encombrer les hôpitaux et services d'urgence à cause des blessures, le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) lance un appel à ne plus se rendre en montagne.

Secours en montagne lors d'un exercice à l'Alpe d'Huez
Secours en montagne lors d'un exercice à l'Alpe d'Huez © Radio France - Nina Valette

C'est une nouvelle conséquence de l'épidémie de coronavirus, le PGHM (peloton de gendarmerie de haute montagne) conseille vivement aux skieurs, randonneurs et alpinistes de ne plus se rendre en montagne pour éviter les risques de blessures et ne pas surcharger les hôpitaux et services d'urgence. 

"Si je vais en montagne, certes je ne suis pas dans les transports en commun, je suis un peu isolé et je respire l'air frais mais pour autant je m'expose et je risque de créer de la surcharge directivité aux médecins et aux structures hospitalières", justifie Patrick Poirot, le commandant du PGHM de l'Isère. 

"Nous allons relayer l'information à tous les pratiquants que nous rencontrerons sur le terrain mais nous allons aussi le faire vis-à-vis des associations et des clubs pour qu'ils relaient eux aussi le message", explique Patrick Poirot.

Patrick Poirot, commandant du PGHM 38.

Fermeture des refuges gardés 

La Fédération française des clubs alpins et de montagne a également décidé de fermer les refuges en Isère et partout en France, jusqu'à nouvel ordre, il y en a cinq dans notre département. Un local dans chaque refuge restera tout de même ouvert comme abri d'urgence "parce qu'ils remplissent une mission d'intérêt général", souligne Nicolas Raynaud, le président du CAF (le club alpin français), mais il n'y aura plus de gardien à l'intérieur. 

"_La communauté montagnarde doit être solidaire_, il faut vraiment arrêter la pratique pour permettre aux services hospitaliers de ne pas être encombrés par les blessés de montagne car il y a encore eu une dizaine d'accidents ce week-end sur la région grenobloise et ces personnes occupent des lits dans les hôpitaux. Il faut par ailleurs garder ces refuges pour les personnes en situation de grande détresse", précise Nicolas Raynaud. 

Nicolas Raynaud, président du club alpin français.

Le syndicat des guides de montagne a également appelé tous ses membres à cesser leur activité, au moins jusqu'à la saison estivale qui démarre mi-juin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess