Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les Toulousains se précipitent au supermarché avant les annonces d'Emmanuel Macron

-
Par , France Bleu Occitanie

Vous êtes nombreux à avoir eu la même idée. Faire les courses au cas où le président annoncerait un reconfinement. À Toulouse, certains consommateurs se sont précipités ce mercredi dans les grandes surfaces pour faire des stocks, notamment à Gramont.

Un père et sa fille à Toulouse pour faire les courses avant les annonces d'Emmanuel Macron sur un éventuel reconfinement
Un père et sa fille à Toulouse pour faire les courses avant les annonces d'Emmanuel Macron sur un éventuel reconfinement © Radio France - Marion Aquilina

Les annonces d'Emmanuel Macron sur les restrictions pour les prochaines semaines ont attiré les gens dans les grandes surfaces ce mercredi. Dans la banlieue toulousaine, à l'espace commercial de Gramont, vous êtes nombreux à avoir voulu faire des stocks pour anticiper un éventuel reconfinement. Conséquence : du monde au supermarché pour faire les courses, pour avoir des réserves de certains produits comme les pâtes, le riz, la farine, les œufs ou encore le papier toilette.

Monique vit à Toulouse, à Jolimont, elle a fait de grosses courses en prévision des annonces du président : "Je préfère avoir du stock, par exemple un peu de lait, habituellement j'ai une bouteille, là j'en ai trois. J'ai acheté des yaourts pour au moins vingt jours. J'ai acheté trois kilos de farine, deux kilos de pommes... Avec les conserves en plus, je peux tenir plusieurs mois. Comme ça, je n'aurai plus à revenir."

Dans le centre commercial de Auchan Gramont, il y a des caddies partout et pleins, à commencer par celui d'Evelyne qui montre sa liste de courses et dit : "Je fais des réserves parce que je suis seule, j'ai pris de l'alimentation et des produits pour mon chat." Mais Evelyne est pudique et n'avoue pas qu'elle a aussi pris du papier toilette. 

Même réflexe chez les étudiants toulousains comme Karen qui raconte : "On a peur du reconfinement, j'ai pris tous les produits basiques dont j'ai besoin. Farine, riz, viande et des œufs ! Ce sera peut-être compliqué de sortir..." En tout cas, "on sortira moins, répond Fabien qui range les courses dans le coffre de la voiture avec sa fille. On a pris quatre kilos de farine et trois kilos de sucre". Cette famille de gourmands a choisi la pâtisserie pour que les semaines à venir soient plus douces.

Le message de la grande distribution et du MIN de Toulouse

Surtout ne refaites pas comme au printemps dernier. C'est le message que nous font passer les grandes surfaces. Steve Houliez qui gère plusieurs dizaines de Leclerc en Occitanie, nous conseille d'être raisonnables et de ne pas nous ruer dans les rayons pour acheter 10 paquets de pâtes au lieu d'un. À Carrefour, la communication est la même. On peut encore trouver farine, levure, œufs.

L'enseigne explique qu'il y a eu un "suivi quotidien avec les fournisseurs pour anticiper le plus possible, pour éviter un risque de pénurie et de problème de stock". Pour autant, le constat depuis une semaine, c'est que les consommateurs se jettent de nouveau sur tous ces produits de première nécessité : 30% de plus sur les pâtes, 20% sur le papier toilette. Ce sont les chiffres donnés par le patron de Leclerc en France qui demande aux clients de ne pas rejouer mars 2020.

Maguelone Pontier, directrice générale du MIN de Toulouse, assure également qu'il n'y aura pas de pénurie de nourriture : "Il n'y a aucun problème d'approvisionnement en France d'autant plus à Toulouse parce qu'on a une grosse région agricole. Les seules fois où il y a des pénuries ce sont les gens qui en sont responsables parce qu'ils ont peur". 

RÉÉCOUTEZ - Maguelone Pontier, directrice générale du MIN de Toulouse

Choix de la station

À venir dansDanssecondess