Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les vacances à Venise "plombées" pour ces familles normandes

Béatrice, Carole et leurs enfants sont en ce moment à Venise, pour quelques jours de vacances. Avec l'explosion du nombre de cas de Coronavirus en Italie, le séjour n'a pas la même saveur. Au retour en France, les deux familles resteront 14 jours chez elles.

France Bleu Normandie a joint des normands, présents à Vénise, alors que l'Italie fait face à une forte hausse des contaminations au Coronavirus. (Illustration du Carnaval de Venise, écourté.)
France Bleu Normandie a joint des normands, présents à Vénise, alors que l'Italie fait face à une forte hausse des contaminations au Coronavirus. (Illustration du Carnaval de Venise, écourté.) © Maxppp - Mirco Toniolo/PHOTOSHOT/MAXPPP

Pour leur séjour à Venise, Béatrice, Carole, et leurs enfants respectifs se seront passés du Carnaval plus tôt que prévu. Ils feront aussi sans les musées, fermés pour cause de Coronavirus. L'Italie est confrontée depuis plusieurs jours à une forte hausse des contaminations au Covid-19 avec, ce mardi, au moins 283 contaminations et sept décès. "La pression a commencé à monter quand on a appris que le carnaval se finirait prématurément", explique Béatrice. "Visiblement y a beaucoup moins de personnes que d'habitude."

Les deux familles refusent de céder à la psychose, "Il faut raison garder, même si c'est un peu anxiogène, reconnaît Carole. On voit partout des gens avec des masques, qui évitent les attroupements, c'est un peu tendu." 

"On passe notre temps à se laver les mains, à être obsédés par le gel antibactérien", rajoute Béatrice, qui l'assure, ses "vacances sont plombées". "On essaye de rester optimistes, de continuer à visiter, se balader, en profiter un peu, mais le cœur n'y est plus du tout."

Au retour, 14 jours à domicile pour Béatrice, Carole et leurs enfants...

Il faut aussi penser au retour. Le gouvernement français a publié ses recommandations sur son site internet, pour les touristes en provenance de Vénétie et de la Lombardie. Les enfants ne doivent pas aller à l'école durant 14 jours, les adultes sont priés d'éviter les sorties "non indispensables" et "privilégier le télétravail". "On est en train de se dire comment on va faire, on a des rendez-vous de prévus, mais on ne peut pas prendre le risque de contaminer les autres", estime Béatrice. "Tout le monde sait que l'on est partis en Italie, et puis, ce sont les recommandations du gouvernement, on va pas aller contre !"

Ces 14 jours chez elle, loin du lycée, s'annoncent longs pour Zélie, la fille de Béatrice. "J'étais sensée recevoir ma correspondante chez moi", raconte la jeune fille de 16 ans. "Je ne peux même pas aller les voir. Cela gâche un peu tout." Zélie comprend tout de même les mesures de précautions. "On peut rien y faire."

Maintenant, l'inquiétude se pose sur le retour en France. Les deux familles espèrent pouvoir prendre comme prévu leur avion, vendredi. "La situation évolue tellement rapidement, on a peur de restés bloqués. Si on arrive à rentrer en France et qu'il faut rester chez nous, on le fera", abonde Carole. "Simplement on a aucune information si on sera accompagnés ou pas, c'est un peu, on va dire, mal organisé."

...Mais pas pour Ludovic, rentré ce mardi de Venise

Ludovic a lui aussi passé quelques jours à Venise. Il a posé pied sur le sol français ce mardi matin, à Beauvais "sans aucun contrôle. On est descendus de l'avion, pas de prise de température, rien." Ce qui étonne ce commerçant de Seine-Maritime. 

Mais lui ne compte pas respecter la période de 14 jours à domicile, conseillée par le gouvernement. "Je ne peux pas me permettre, en tant que chef d'entreprise, de me confiner 14 jours chez moi. Même en faisant du télétravail ou quoi que ce soit, je manage une équipe de sept personnes, je ne peux pas gérer les éléments à distance."

Lorsque France Bleu Normandie lui demande s'il ne craint pas un risque de contamination, Ludovic se veut plutôt rassurant. "On va s'équiper de masques. De suite, on passe à la pharmacie et on va s'équiper pour nous-même faire de la prévention. Quand on met le masque du matin au soir, cela devrait permettre de contourner." 

Sur son site internet, le gouvernement rappelle les règles de base, durant les 14 jours après le retour

  • Surveillez votre température 2 fois par jour 
  • Surveillez l’apparition de symptômes d’infection respiratoire (toux, difficultés à respirer…) 
  • Portez un masque chirurgical lorsque vous êtes en face d’une autre personne et lorsque vous devez sortir 
  • Lavez-vous les mains régulièrement ou utilisez une solution hydro-alcoolique 
  • Évitez tout contact avec les personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées…) 
  • Évitez de fréquenter des lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées…) 
  • Évitez toute sortie non indispensable (grands rassemblements, restaurants, cinéma…)
  • Travailleurs/étudiants : dans la mesure du possible, privilégiez le télétravail et évitez les contacts proches (réunions, ascenseurs, cantine...) 
  • Les enfants, collégiens, lycéens ne doivent pas être envoyés à la crèche, à l’école, au collège ou au lycée, compte tenu de la difficulté à porter un masque toute la journée
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu