Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Linda, chasseuse de masques et infirmière libérale à Morlaas

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre
Morlaas

Linda est infirmière libérale en Béarn. Elle intervient au domicile de ses patients. Son cabinet est à Morlaas où elle intervient ainsi que dans le Nord de Pau. Elle a raconté à France Bleu Béarn ce qu'elle appelle "sa chasse aux masques".

"L'autoportrait au masque" de Linda
"L'autoportrait au masque" de Linda - DR

Ce jeudi, Linda est de repos. Une journée de pause qu'elle consacre entièrement à sa recherche de masques pour exercer son métier d'infirmière libérale. Depuis quelques jours, elle a tout juste de quoi faire face. 

Elle a théoriquement besoin, avec sa collègue, d'une trentaine de masques chirurgicaux par semaine, ou une dizaine de FFP2, si elles respectent scrupuleusement les injonctions en cours. Les pharmacies de son secteur n'arrivent pas à la servir. Du coup, tout les moyens sont bons pour en trouver.

Linda raconte qu'une de ses collègues de Morlaas a réussi, non sans mal, à acheter deux boites de masques sur internet, avec des frais d'envoi de 80€. Ce jeudi, elle est partie visiter les médecins des alentours, dès 6 heures, pour leur demander s'ils n'ont pas quelques masques pour la dépanner. Deux ont pu lui donner quelques unités. Elle a répondu aussi favorablement à l'offre de la ville de Pau qui a retrouvé un vieux stock oublié : des masques périmés depuis de nombreuses années, mais encore efficaces. Il faut juste faire attention à l'élastique qui est abîmé. 

Elle peut aussi compter sur Monique, une de ses patientes, qui depuis quelques jours coud des masques en tissus, avec une doublure intérieure en latex pour l'étanchéité. Et puis "miracle", une de ses pharmacies l'a appelée ce jeudi midi. Elle a pu lui mettre de coté quelques unités. Mais sa quête n'est pas terminée. Elle affirme qu'elle n'en a toujours pas assez pour atteindre le pic présumé de la pandémie. Pour Linda, comme pour beaucoup d'autres, chaque jour suffit sa peine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess