Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : mariage confiné ? Mariage reporté

-
Par , France Bleu
France

Pas ou quasiment pas de mariages en période de confinement et de coronavirus. Entre fiancés déçus mais philosophes, prestataires compréhensifs mais inquiets, maires, prêtres et juristes, tour d'horizon des situations.

Un couple asiatique se marie à Paris, un peu avant le début du confinement.
Un couple asiatique se marie à Paris, un peu avant le début du confinement. © AFP - FRANCK FIFE

Le confinement ne fait pas bon ménage avec des embrassades sur la place de la mairie et un bal à la salle des fêtes. Alors que les Français sont invités à rester chez eux et appliquer les gestes barrières contre le coronavirus, les mariages sont impossibles, à de très rares exceptions près. Nous avons contacté de nombreux interlocuteurs sur le sujet.

Le gouvernement :  "La célébration des mariages... en principe reportée"

Sur le site gouvernemental Infocoronavirus, il est bien précisé que "la célébration des mariages et l'enregistrement des Pacs doivent en principe être reportés"

Il y a exception en cas d'urgence : un "mariage in extremis, en cas de péril imminent de mort de l'un des futurs époux, comme prévu à l'article 75 du code civil", nous précise la préfecture du Haut-Rhin. Autre cas, pour le mariage d'un militaire avant son départ sur un théâtre d'opérations, "l'officier de l'état civil doit alors solliciter au préalable les instructions du procureur de la République"

Le maire : "On n'a plus aucune demande !"

A Belfort, le maire Damien Meslot se souvient qu'au "tout début" du confinement, un couple a maintenu son mariage, avec un adjoint et les deux témoins, c'est tout. Sinon, tout le monde a reporté, mais sans date fixe. A l'état-civil, "on n'a plus aucune demande", juste une dame qui a appelé pour un militaire pour la fin juin. 

A Nancy, tout est annulé jusqu'à nouvel ordre. "On rappellera les personnes à l'issue du confinement pour fixer une nouvelle date", explique la porte-parole de la mairie. Avril 2020 se passera donc sans mariages, alors qu'en 2019, il y en avait eu 22 le même mois. Mais ça n'a rien à voir avec ce que vivent les prestataires, reconnaît-elle.

Le chancelier de l'archevêché : calme plat

"Je manage le bureau des mariages", explique Bernard Xibaut, chancelier de l'archevêché de Strasbourg. "Actuellement, je devrais recevoir trois à quatre dossiers par jour", poursuit-il, "actuellement, c'est zéro". La haute saison des mariages pour les catholiques en Alsace, c'est à partir du 15 mai, mais "beaucoup de fiancés reportent à cause des engagements financiers" qu'il faut revoir.

Un mariage religieux, ce n'est pas seulement une cérémonie à l'église, c'est aussi un temps de préparation spirituelle. "Les fiancés ne peuvent plus voir les prêtres, c'est toute une chaîne qui est impactée". explique Bernard Xibaut. A cela s'ajoutent les communions et les baptêmes reportés, les obsèques en tout petit comité, un calendrier religieux bouleversé et l'absence de quêtes qui se répercutera forcément en fin d'année.

Les prestataires : gare à l'embouteillage 

Les couples reportent leurs festivités, donc, mais comment retomber sur ses pieds tous ensemble quand un mariage associe un lieu de cérémonie, un restaurant ou une salle des fêtes, un DJ, un fleuriste, un traiteur, sans parler de la robe, des alliances et du coiffeur ? 

Un vrai casse-tête pour Patrick Dupuis, gérant du Moulin de Courtelevant dans le Territoire de Belfort, interrogé début avril par France Bleu Belfort Montbéliard, "on arrive pour l'instant à reporter les mariages, ou fêtes de famille, en s'adaptant aux personnes (...) mais si ça continue en mai et juin, on ne pourra pas réinventer des dates qui n'existent plus, il y aura embouteillage !"

Résultat des reports à l'automne 2020, en 2021, où les fiancés "du confinement" arrivent en concurrence avec ceux qui s'étaient déjà positionnés. En Bretagne, un DJ parle déjà de 2022

On ne va pas repousser la difficulté chez le voisin - le directeur de l'Ecomusée d'Alsace

Devant ses tableaux informatiques, Denis Leroy, directeur de l'Ecomusée d'Alsace, égrène : "Repoussé, Covid, annulé, Covid..." Si l'accueil de groupes pour des fêtes ou des séminaires est une activité mineure pour l'établissement, le musée vivant de la vie alsacienne est très prisé : "On a deux ans de réservations". Et c'est bien le problème : comment trouver de la place pour tout le monde ?

Pour avril-mai, "25 mariages reportés et près de 80 réservations au total", compte le directeur, "6.000 personnes et 100.000 euros" si l'on englobe toutes les prestations. En cas de report, l'établissement garde l'acompte versé en vue de la prochaine date. Si on nous demande le remboursement, on le fera, affirme Denis Leroy, "on ne va pas repousser la difficulté chez le voisin".

Pour des professionnels plus dépendants de ce genre d'événements, les conséquences s'annoncent difficiles. A Saint-Etienne, le traiteur Florent Garrat explique à France Bleu qu'il va perdre des dizaines de milliers d’euros : "On partait sur une très bonne année 2020. Mais là, on va avoir un bilan dégueulasse !"

Le juriste : "Trouver un terrain d'entente"

L'UFC Que Choisir a publié une note sur les droits des consommateurs dans ce genre de situation. L'association conseille de trouver une solution de report avec les prestataires. Si ça n'est pas possible, il faut "vérifier si votre contrat prévoit la possibilité d’annuler sans frais la prestation en cas de force majeure"

Benjamin Capelli, juriste pour l’UFC Que Choisir dans le Doubs, a été saisi pour le moment d'un seul cas litigieux entre un couple et un prestataire, qui ne veut ni décaler à une date trop lointaine, ni rembourser l’argent avancé. En réalité, analyse le juriste, si le mariage devait avoir lieu dans une salle communale ou un restaurant et que la salle est fermée à cause du confinement, le prestataire (un DJ) devra bel et bien rembourser.

Mais Benjamin Capelli constate surtout “des professionnels qui s’organisent" pour trouver des solutions. Il ne s'attend pas à une avalanche de contentieux.

Le (futur) marié : "Frustrant et un peu triste, mais on relativise"

Arnaud-Pierre aurait dû épouser Caroline début mai, ce sera mi-juillet, ou en novembre, voire en 2021... A peu près un mois avant la date initiale, les fiancés ont officiellement décidé de repousser la cérémonie, prévue à l'abbaye de Collonges-au-Mont-d'Or. Avec de la famille qui vient de toute la France, ils devaient être une bonne centaine. Heureusement, tous les prestataires ont pu suivre.

Mais ,"même pour le 18 juillet, on n'est pas ultra-serein", reconnaît Arnaud-Pierre, "est-ce qu'on aura le droit de regrouper du monde" (l'entretien a été réalisé avant les annonces faites le 13 avril par Emmanuel Macron) ? "On ne prendra pas de risques", assure le jeune homme, "la santé de tous sera privilégiée". Avec Caroline, ils vont maintenir simplement le mariage civil.

Un petit crève-coeur dans ces préparatifs bouleversés, les faire-parts qu'"on a pris beaucoup de soin à faire" avec un "papa ancien imprimeur". Ils resteront à jamais à la date initiale. "C'est frustrant et un peu triste, mais on relativise", conclut le fiancé. Comme ce couple de Haute-Vienne qui avait fait graver les alliances... 

Les vieux époux : ils renouvellent leurs voeux, 70 ans après, en tête à tête

Le mot de la fin revient à ce couple de Domme en Dordogne : le 12 avril, ils ont célébré leurs noces de platine, 70 ans, jour pour jour, après leur mariage. La fête aurait dû être plus conséquente, avec les enfants et les petits-enfants. Finalement, ils ont débouché une demi-bouteille de champagne en tête à tête. Mais le plus beau pour Irène et Claude, c'était d'être ensemble

Choix de la station

À venir dansDanssecondess