Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : "Mariage reporté ? Mariage désiré !", un couple de Créteil témoigne

-
Par , France Bleu Paris

Cela aurait dû être le plus beau jour de leur vie. Mais le coronavirus en a décidé autrement. Beaucoup de futurs mariés se retrouvent aujourd'hui dans l'attente, obligés de reporter leur cérémonie.C'est le cas d'Anne et Ulrich, habitants de Créteil, censés se dire "oui" le 4 avril.

Anne et Ulrich, lors d'un voyage à l'étranger.
Anne et Ulrich, lors d'un voyage à l'étranger. - DR

En couple depuis 2015, Anne, 35 ans, et Ulrich, 41 ans, auraient pu y voir le signe que le mariage ne veut pas d'eux. L'enterrement de vie de jeune fille s'est arrêté à minuit, le soir de la fermeture des bars, juste avant le confinement. Les noces prévues le 4 avril ont été reportées une première fois en juin. Une date finalement impossible, compte tenu du contexte. Mais le couple est persévérant. "On se mariera en septembre, cette fois, c'est bon !", assure Anne tandis que son futur mari, lui, préfère en rire : "Cela me laissera plus de temps pour écrire mes vœux".

Les fiancés, basés à Créteil, dans le Val-de-Marne, ont appris "à relativiser" leur situation. Mais ça n'a pas toujours été simple. Notamment lorsque ce fameux 4 avril est arrivé. "On s'était imaginé ce jour-là des mois à l'avance, avoue Anne. Je me disais : "Tiens, à cette heure-là, je devrais être chez le coiffeur", ou des choses dans le même genre. Donc forcément oui, ça fait mal. On s'est quand même fait une soirée tous les deux. Moi, j'avais mis le voile que je portais lors de mon enterrement de vie de jeune fille et on a fait une visio-réunion avec les copains." Histoire de marquer le coup.

Le faire-part de leur mariage, initialement prévu le 4 avril.
Le faire-part de leur mariage, initialement prévu le 4 avril. - DR

J'en ai pleuré d’énervement, [...] c'est même plus pénible que de tout organiser depuis le début

Derrière, en plus du stress lié à la situation sanitaire en France, s'est ajouté celui lié à la réorganisation du mariage. De nombreux couples étant dans la même situation qu'Anne et Ulrich, dans l'incapacité de se marier, au moins avant le mois de juillet, il a fallu aller vite. 

"On s'est dit que ça allait être la guerre partout, se souvient Anne. Que les prestataires allaient être sous l'eau, que nous aussi on allait être sous l'eau. J'en ai pleuré d’énervement parce qu'il a fallu tout lister à nouveau. C'est un échange de mails chaque jour. Franchement, c'est fatiguant. C'est même plus pénible que de tout organiser depuis le début." 

La crainte de ne pas avoir tous les invités

Finalement, tout va bien. Ils se diront "oui", comme prévu, en Savoie, la région natale d'Anne. Dans le même cadre champêtre. Avec le même traiteur. Et le même gîte réservé pour la centaine d'invités. Mais viendront-ils tous ? "C'est la grosse question, et c'est ça qui nous triste, explique la future mariée. On avait envoyé les faire-parts, les gens avaient tous bloqué cette date du 4 avril. Là, on a juste prévenu qu'on reportait. La situation fait que certains paniquent peut-être, que d'autres ne vont pas pouvoir se libérer. On sent aussi qu'il y a moins d'implication de leur part. Mais bon, ça fait partie des aléas de la vie. Peut-être qu'avec tout ce qu'on a vécu en l'espace d'un mois, la conclusion n'en sera que plus belle."   

Car selon l'expression consacrée, ou plutôt remise au goût du jour : "Mariage reporté ? Mariage désiré !", clament les deux amoureux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess