Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : comment se prémunir des fake news

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Il n’y a pas que l'épidémie de coronavirus qui circule en ce moment, les fake news et autres théories du complot font aussi des ravages. Quels sont les bons gestes à adopter ? Nathalie Barbery, coordinatrice du Service d’éducation aux médias et à l’information au rectorat de Dijon, vous répond.

Fake News
Fake News © Radio France - ERIC MORGANE

En ces temps de coronavirus et de confinement, les fake news et autres théories du complot circulent beaucoup sur internet et sur les réseaux sociaux. Comment s’en prémunir ? Quels sont les bons gestes à adopter ? Nathalie Barbery, la coordinatrice du CLEMI, le Service d’éducation aux médias et à l’information au sein du rectorat de l’académie de Dijon, répond à France Bleu Bourgogne.

Toujours vérifier sa source

Il n'y a pas de recette miracle mais des conseils simples à suivre, explique la coordinatrice du CLEMI, "il faut toujours vérifier la source de votre information et ne jamais la partager avant de l'avoir lue, surtout si vous avez un doute." Dans ce cas-là, le mieux c'est de se rendre sur un site sérieux qui permet de décoder une info. Il existe par exemple Les Décodeurs, Désintox ou encore Factcheck.

Défiance envers les institutions

Cette propagation de fake news montre une "vraie défiance du public vis-à-vis des institutions mais aussi des media dits sérieux et cela devient vraiment difficile de s'y retrouver", poursuit Nathalie Barbery. Il est donc important de continuer à "exercer son esprit critique". Et de préciser, "demandez vous à chaque fois, qui donne l'information, quelle est la source."

Pas de profil type pour tomber dans les fake news

"Ni les diplômes, ni l’âge n’immunisent contre les fake news" précise la coordinatrice du CLEMI à Dijon. On peut être jeunes ou vieux, avoir bac +8 ou être sans diplôme, il n'y a pas de public vraiment établi pour tomber dans le piège des fake news. En revanche, précise Nathalie Barbery, "on sait que ces informations fonctionnent par les biais cognitifs c’est-à-dire les biais de confirmation, en clair je veux croire à quelque chose et je vais lire ce qui va dans mon sens." 

Un dernier conseil ?

"Il faut savoir de temps en temps se débrancher un peu des écrans!" rappelle celle qui sillonne en temps normal les établissements scolaires de l'académie de Dijon. Sa mission avec le CLEMI, expliquer comment se fabrique une information pour reconnaître les "infaux" et savoir développer son esprit critique dès le plus jeune âge.

Cette année et pour cause de confinement, la Semaine de la presse à l'école a été modifiée mais vous pouvez découvrir ici, une partie du travail réalisé par des classes de l'académie de Dijon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu