Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : nos fruits d'été bientôt en barquettes plastique pour nous protéger du Covid-19 ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Face à la menace de contamination en grandes surfaces, le Comptoir Rhodanien à Tain-l'Hermitage, dans la Drôme, pense doubler sa capacité de mise en barquette dans les prochaines semaines. Les fruits seraient ainsi protégés du virus.

Cerises. Illustration.
Cerises. Illustration. © Radio France - Franck Daumas

C'est une inquiétude de beaucoup de consommateurs : être contaminé par le coronavirus en achetant des fruits et légumes touchés par des clients infectés. Pour pallier ce risque, et répondre à la demande des grandes surfaces, le plus important producteur-expéditeur de fruits de la Vallée du Rhône a pris des mesures : le Comptoir Rhodanien à Tain-l'Hermitage (Drôme) pourrait commercialiser jusqu'à 70 % de ses fruits en barquette sous film plastique dans les prochains mois

"Un produit comme la cerise, en magasin, la tendance cette année sera de la commercialiser en barquettes" - Christophe Soulhiard, directeur du Comptoir Rhodanien à Tain-l'Hermitage 

Christophe Soulhiard, directeur du Comptoir Rhodanien.

Selon Christophe Soulhiard, son directeur, en année "normale", 30% des ventes seulement sont réalisées sous cette forme pour les cerises, pêches ou abricots, par exemple.Cet emballage spécifique avec barquettes recyclables et film plastique alimentaire coûte en moyenne 15 à 20 % plus cher que les livraisons en vrac mais selon lui les consommateurs ne devraient pas en pâtir. Cela nécessite un peu plus de main d'œuvre. Les grandes surfaces ayant moins de pertes sur les étals avec des fruits manipulés par les clients devraient pouvoir absorber cette hausse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess