Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Olivier Véran évoque une amélioration et dessine un déconfinement "territoire par territoire"

Dans une interview accordée au Télégramme lundi soir, Olivier Véran, ministre de la Santé, affirme que "depuis cinq jours, nous amorçons une décroissance de l'épidémie". Tout en restant prudent, il évoque un déconfinement "territoire par territoire".

Olivier Véran affirme que l'épidémie connaît une décroissance en France et évoque un déconfinement "territoire par territoire"
Olivier Véran affirme que l'épidémie connaît une décroissance en France et évoque un déconfinement "territoire par territoire" © AFP - Xose Bouzas / Hans Lucas

L'épidémie de coronavirus marque le pas en France. Déclaration faite par le ministre de la Santé Olivier Véran dans une interview accordée au quotidien breton Le Télégramme lundi soir. Il y affirme que "depuis cinq jours, nous amorçons une décroissance de l'épidémie" en France, avec en moyenne 33.000 nouveaux cas chaque jour, contre 40.000 au plus haut. Mais le ministre reste prudent sur la levée des restrictions à la mi-mai dans un contexte où le niveau de l'épidémie est "toujours très élevé et la descente n'est pas encore suffisamment rapide et tranchée". 

La levée des restrictions sanitaires reste dépendante de la situation épidémique et des hôpitaux, précise Olivier Véran. Interrogé sur le journal sur une levée du couvre-feu avant le début des vacances d'été, le ministre botte en touche. Il affirme néanmoins : "Je suis ouvert à l'idée d'une approche territoire par territoire dans la levée des mesures de freinage, comme j'y étais favorable lors de leur mise en place". Le ministre maintient le calendrier prévu par le gouvernement, notamment pour le reprise des cours pour les maternelles et primaires lundi 26 avril, et le 3 mai pour les collèges et lycées. "Cela fera l'objet d'annonces en temps voulu" poursuit Olivier Véran qui appelle les Français à continuer les efforts. 

"C'est bien, mais c'est encore très lent"

Un appel à la prudence que relaie également Yves Buisson, épidémiologiste et président de la cellule Covid-19 de l'Académie nationale de médecine, invité ce mardi sur franceinfo. S'il estime être optimiste, il reconnaît être "incapable de faire des pronostics". "Nous sommes encore sur une forme de plateau à tendance décroissante, mais ça n'est pas encore la descente rapide de la courbe épidémique que l'on espère tous" analyse-t-il. "C'est bien, mais c'est encore très lent" poursuit le spécialiste. 

Interrogé sur la stratégie de déconfinement territoire par territoire mise en avant par le gouvernement, Yves Buisson "approuve personnellement ce choix". Mais il estime que pour accélérer la décrue de l'épidémie, il faudra accélérer la campagne vaccinale. "On ne tient pas le rythme de 500.000 doses injectées par jour. Et c'est ça qu'il faut tenir, et même le dépasser". 

Enfin, l'épidémiologiste salue le choix de la France d'imposer une quarantaine pour les voyageurs en provenance de Guyane, du Brésil, du Chili, d'Argentine et d'Afrique du Sud. Mais il critique le fait que les pouvoirs publics aient tardé à prendre cette décision. "On aurait dû le faire plus tôt. Le Brésil et l'Amérique du Sud sont des lieux où circulent intensivement les variants. (...) Il y a aussi l'Inde qui est le lieu d'une importante épidémie hors de contrôle, avec d'autres variants". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess