Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Pau se confine

-
Par , France Bleu Béarn

Le confinement en application depuis ce mardi midi a vidé Pau de ses habitants. Les patrouilles de forces de l'ordre pour faire respecter les mesures du Gouvernement sont elles de sortie.

La Place Clémenceau vide comme rarement un mardi à 16 heures...
La Place Clémenceau vide comme rarement un mardi à 16 heures... © Radio France - Damien Gozioso

À midi, il y avait encore devant le Monoprix de la place Clemenceau, ou la Poste du cours Bosquet, des files d'attente. Calmes, disciplinées, elles se sont peu à peu réduites. La ville, comme partout en France vivait ses premières heures de confinement. Une ambiance étrange, la plupart de ceux qui arpentent les rues le font avec un masque sur la bouche, et la moindre quinte de toux, le moindre éternuement, vaut à son auteur des regards en biais.

Cours Bosquet à Pau, les contrôles par la police se font dans le calme.
Cours Bosquet à Pau, les contrôles par la police se font dans le calme. © Radio France - Damien Gozioso

Le confinement globalement appliqué

Autour de la place d'Espagne, les patrouilles de la police nationale et de la police municipale commencent à vérifier auprès des passants leur "laisser-passer", la fameuse attestation de déplacement dérogatoire, à laquelle il faut aussi ajouter une attestation d'employeur pour une sortie dans le cadre de son travail. Le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Éric Spitz, accompagné par la Directrice Départementale de la Sécurité Publique, Brigitte Pommereau, s'assurent que tout cela se met en place. "Le but ce n'est pas de verbaliser les gens, rassure le préfet, on va faire preuve de tolérance dans les premières heures, le temps que tout cela s'organise".

Au total, plus de 200 gendarmes et policiers vont patrouiller jour et nuit dans le département pour contrôler les allées et venues de chacun. Si le département est l'un des moins touchés pour le moment, ce n'est pas une raison pour relâcher son attention. Le préfet, avant de se rendre sur un contrôle de gendarmerie à l'extérieur de Pau, a également remonté la rue Carnot pour se rendre compte, à l'intérieur de la supérette Casino, de l'effet "psychose" des courses préventives effectuées par certains.

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Éric Spitz, constate la "fièvre acheteuse" qui a vidé les rayons des supermarchés.
Le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Éric Spitz, constate la "fièvre acheteuse" qui a vidé les rayons des supermarchés. © Radio France - Damien Gozioso

"Ces trois derniers jours c'était vraiment la folie, on était vraiment comme ça, mime les mains tremblantes la gérante du magasin devant le préfet. On s'est fait insulter, certains nous ont dit : « Si vous n'ouvrez pas on viendra dévaliser... » Aujourd'hui ça va mieux, les gens respectent un peu mieux, et sinon on leur demande de le faire, pour eux et pour nous".

Ville morte

À mesure que l'après-midi avance, les rues se vident. Restent quelques livreurs Uber à vélo, ceux qui rentrent chez eux avec un sac de provisions sous le bras, ou bien Michel qui a l'air de flâner : "Je suis les recommandations du Président, je sors pour m'aérer, on a le droit !" Quand on lui demande s'il est en règle, s'il a bien son attestation sur lui, il répond faussement vexé : "Parfaitement, comment pouvez vous en douter ! Je me suis fait un mot, comme le font les enfants qui veulent sortir plus tôt de l'école". Des habitudes à prendre, pour quinze jours, au moins.

Peu de monde en vue rue Serviez.
Peu de monde en vue rue Serviez. © Radio France - Damien Gozioso
Place des 7 cantons, on peut se sentir un peu seul.
Place des 7 cantons, on peut se sentir un peu seul. © Radio France - Damien Gozioso
Choix de la station

À venir dansDanssecondess