Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus Pays Basque : le collectif Etorkinekin demande la régularisation des sans-papiers

-
Par , France Bleu Pays Basque

L'épidémie de coronavirus et le confinement ont réduit encore un peu plus l'accès aux soins, à l'hébergement, à l'alimentation des sans-papiers souligne le Collectif Solidarité Migrants Pays Basque. Une délégation a rencontré le sous-préfet de Bayonne en demandant leur régularisation.

Le Collectif Solidarité Migrants Pays Basque-Etorkinekin reçu par le sous-préfet de Bayonne
Le Collectif Solidarité Migrants Pays Basque-Etorkinekin reçu par le sous-préfet de Bayonne © Radio France - Nathalie Bagdassarian

Le Collectif « Solidarité Migrants Pays Basque-Etorkinekin » demande la régularisation "immédiate, pérenne et inconditionnelle"des sans-papiers.  Une délégation a rencontré ce mardi midi le Sous-Préfet de Bayonne, Hervé Jonathan.

Une régularisation urgente 

"La crise sanitaire a démultiplié leur précarité " alerte Mireille Suhubiette, membre du Collectif. "Nous n'avons plus assez de ressources financières car avec le confinement, toutes nos actions, petites animations pour récolter des fonds étaient interdites. Il faut savoir qu'il faut au minimum 150 euros par mois pour aider une personne sans-papiers. Il faut des vêtements, payer les droits de scolarité parfois, tous les besoins nécessaires".

Interview : Mireille Suhubiette, membre d'Etorkinekin

Une pétition de 642 signatures

Cette demande de régularisation des sans-papiers est un appel national. Le collectif Solidarité Migrants Pays Basque précise que dans "le département, au moins 300 personnes seraient dans une situation très précaire. La régularisation leur permettrait en premier lieu de pouvoir travailler" insiste Line Targe, membre du Collectif. Elle appuie son argumentation en citant "les 130 000 régularisations en 1981 sous François Mitterrand et 80 000 accordées en 1997 par Lionel Jospin" en précisant que les raisons et circonstances étaient différentes mais que " de la régularisation découle la possibilité d'insertion".

Ecoutez l'interview de Line Targe, membre du Collectif Etorkinekin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess