Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : pour quelles raisons peut-on se rendre (ou non) en Belgique à partir de ce mercredi ?

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

A partir de ce mercredi 27 janvier, la Belgique impose de nouvelles restrictions de déplacement pour tenter d'endiguer la propagation du coronavirus et de ses variants. Quelles conséquences pour les habitants du Nord-Pas-de-Calais ? France Bleu Nord vous explique.

Les déplacements non-essentiels sont désormais interdits en Belgique..sauf pour les frontaliers.
Les déplacements non-essentiels sont désormais interdits en Belgique..sauf pour les frontaliers. © Radio France - Emmanuel Bouin

Il y a du changement à partir du mercredi 27 janvier si vous devez vous rendre en Belgique. Afin de lutter contre la propagation du coronavirus, notamment pendant les vacances de février côté belge - du 15 au 19 février - les déplacements dits non-essentiels depuis et vers le pays voisin sont désormais interdits, et ce jusqu'au 1er mars.  

A Noël, le gouvernement belge avait déjà resserré la vis, en exigeant un test PCR négatif pour les séjours de plus de 48 heures, mais les déplacements de courte durée restaient eux autorisés. C'est donc pour ces déplacements courts que le choses évoluent.   

La règle générale, c'est que les résidents étrangers ne peuvent plus aller en Belgique pour "des raisons récréatives ou de loisir". Autrement dit, pour acheter des cigarettes, de l'essence, ou des chocolats ou encore pour se balader ou aller chez le coiffeur. 

Les déplacements essentiels, eux, restent autorisés. Vous pouvez traverser la frontière pour : 

  • le travail, les études ou un stage
  • visiter un proche malade, ou dans le cas d'un mariage ou d'un décès d'un membre de votre famille
  • aider une personne dans le besoin,  
  • la garde d'un enfant dont l'autre parent vit en Belgique
  • déménager ou prendre soin d'un animal 

Notez que pour toutes ces raisons, 48 heures avant votre arrivée en Belgique, vous devrez remplir une déclaration sur l'honneur à télécharger ici. 

Statut spécifique pour les frontaliers 

Autre exception : si vous vivez à moins de 20 kilomètres à vol d'oiseau de la frontière, soit dans la plupart des communes du département du Nord et dans certaines communes du Pas-de-Calais. 

En effet, les frontaliers (munis d'une attestation) peuvent garder leurs habitudes côté belge, par exemple aller acheter le pain, faire les courses ou voir un médecin en Belgique. 

Attention, il y aura des contrôles avec des amendes à la clé même si les autorités belges disent vouloir faire preuve de "souplesse et de bon sens".

Et en ce qui concerne les déplacements de plus de 48 heures pour un motif essentiel, un test PCR négatif est toujours demandé et, en fonction de votre situation, un placement en quarantaine peut aussi être exigé, avec un deuxième test à l'issue. Il faut aussi, comme depuis cet été, remplir un formulaire de localisation disponible via ce site internet. 

Notez que dans l'autre sens, les belges ne sont désormais autorisés à sortir des frontières que pour des raisons impérieuses (exercice d'une coparentalité, traitement médical, motif professionnel justifié).  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess