Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "Les inégalités tuent" affirme Stéphane Troussel, président de la Seine-Saint-Denis

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

La Seine-Saint-Denis fait face à une "surmortalité exceptionnelle" à cause de l'épidémie de coronavirus. Une réalité liée au manque de moyens hospitaliers dans le département selon son président Stéphane Troussel qui était l'invité de France Bleu Paris ce vendredi.

Stéphane Troussel, président du département de Seine-Saint-Denis était l'invité de France Bleu Paris
Stéphane Troussel, président du département de Seine-Saint-Denis était l'invité de France Bleu Paris © AFP - LUDOVIC MARIN

La Seine-Saint-Denis est particulièrement touchée par le coronavirus. Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon a même indiqué, ce jeudi, que le département francilien faisait face à une surmortalité exceptionnelle. "Les inégalités tuent", Stéphane Troussel, président du département, ne décolère pas. 

Des moyens de santé limités

"C'est la réalité d'un territoire où la population est plus pauvre et plus fragile avec un système de santé plus faible", explique Stéphane Troussel, invité de France Bleu Paris ce vendredi. "Ça fait longtemps que l'on tire la sonnette d'alarme sur ce véritable désert médical. Nous avons aussi trois fois moins de lits de réanimation en Seine-Saint-Denis par rapport à Paris ou dans les Hauts-de-Seine, ça donne une surmortalité exceptionnelle." 

Cette crise jette une lumière crue sur les inégalités territoriales. Je suis particulièrement en colère, lâche Stéphane Troussel.

En finir avec les clichés

Le président du 93 tient aussi à mettre un terme aux rumeurs sur le non-respect du confinement dans son département. "Le confinement est aussi bien respecté qu'ailleurs. Le préfet l'a confirmé il y a quelques jours. J'en ai assez des faux débats. Certains véhicules les clichés habituels sur les salauds de pauvre. Permettez moi de dire que l'on est plus méritant quand on est à l'étroit dans des petits appartements, parfois dégradés, que dans de grandes résidences secondaires," déclare-t-il.

Le département met à disposition un internat pour les enfants porteurs du virus

Depuis ce vendredi, une dizaine d'enfants présentant des symptômes du COVID-19, sans nécessité d'être hospitalisés, est prise en charge à l'internat du Collège International de Noisy-le-Grand. Une mesure mise en place avec les associations de la protection de l'enfance. "Nous voulons anticiper les besoins des 2100 enfants placés et nous comptons déjà 18 enfants malades. Certains d'entre eux ne peuvent pas être confinés dans leurs structures", explique Stéphane Troussel.

Autre initiative de la Seine-Saint-Denis, 10 chambres d'hôtels ont été payées par le département pour éloigner les conjoints violents après décision de justice.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu