Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : situation toujours tendue en Berry

-
Par , France Bleu Berry

A quand le pic de la pandémie en région Centre Val de Loire ? Une chose est sûre : on n'y est pas encore... notamment en Berry où le nombre de décès par habitant est le plus élevé par rapport aux autres départements composant la région.

Le Centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges
Le Centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges © Radio France - Michel Benoit

On dénombre 24 décès dans le Cher, 23 dans l'Indre (il s'agit uniquement des morts constatées dans les hôpitaux) : dans ce département, ils sont 2,5 fois plus nombreux (par rapport au nombre d'habitants)  que dans le Loiret. Peut-être en raison de l'âge des populations, plus jeunes dans le Loiret ou en Indre et Loire... Dans le Cher non plus, on ne voit pas encore le bout du tunnel. On observe toujours des entrées en réanimation, même si elles se font sur un rythme un peu moins soutenu, grâce aux mesures de confinement qui restent essentielles. 

Le docteur Bénédicte Labbens, chef du SMUR dans le Cher
Le docteur Bénédicte Labbens, chef du SMUR dans le Cher © Radio France - Michel Benoit

63 hospitalisations dans l'Indre, 54 dans le Cher (dont 17 en réanimation), depuis le début de la pandémie ; leur nombre ne baisse pas vraiment même si elles ont tendance à stagner : " Pour l'instant, on est toujours tous sur le qui-vive parce qu'il est bien trop tôt pour dire qu'on est sorti d'affaire" explique le docteur Bénédicte Labbens, chef du Smur dans le Cher. Il y a toujours aussi des entrées en réanimation, à un rythme un peu moins soutenu mais rien de vraiment marqué. Le centre hospitalier Jacques Coeur va d'ailleurs recevoir d'ici la fin de semaine, 5 respirateurs supplémentaires qui seront bien utiles : " C'est une excellente nouvelle, que cette décision de l'Agence Régionale de Santé, se réjouit Agnès Cornillault, directrice du centre hospitalier Jacques Coeur. Nous devons également réorganiser nos équipes pour déployer ce matériel supplémentaire, qui était devenu indispensable du fait de la durée du séjour de ces malades Covid en réanimation, d'au moins 15 jours." . 6 lits de réanimation sont également organisés à la clinique Guillaume de Varye, de St-Doulchard, afin de renforcer les moyens. Au total, 28 lits de réanimation sont disponibles dans le Cher.

Agnès Cornillault, directrice de l'hôpital Jacques Coeur de Bourges
Agnès Cornillault, directrice de l'hôpital Jacques Coeur de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Les Ehpad, où les cas Covid se multiplient,  sont au également au coeur de la bataille : le centre hospitalier de Bourges vient de créer une astreinte téléphonique soins palliatifs que pourront appeler les médecins de ces établissements : " Les médecins de ces établissements pourront ainsi bénéficier de conseils par des spécialistes pour mettre en oeuvre les bonnes thérapeutiques, détaille Agnès Cornillault, et à la fin de la semaine, l'hôpital de Bourges lancera également une astreinte téléphonique gériatrique." 

6 boxes d'isolement sont aménagés à l'hôpital de Bourges pour prendre en charge les malades Covid, à leur arrivée dans l'établissement
6 boxes d'isolement sont aménagés à l'hôpital de Bourges pour prendre en charge les malades Covid, à leur arrivée dans l'établissement © Radio France - Michel Benoit

La bonne nouvelle : 21 patients Covid - 19 sont sortis guéris du centre hospitalier de Bourges où le nombre d'appels au centre 15 diminue : 1187 appels le mardi 7 avril, alors qu'il y en avait eu plus de 2.000 par jour vers mi-mars.  De quoi donner du baume au coeur des soignants. Le centre Hospitalier Jacques Coeur de Bourges en profite pour lancer un appel aux couturières et aux entreprises : il manque toujours cruellement de sur-blouses pour ses équipes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu