Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus - solidarité : des masques en tissu Adishatz

Beaucoup d'initiatives solidaires fleurissent sur les réseaux sociaux, notamment pour fabriquer des masques en tissu. C'est ce que propose également la marque Adishatz à Capbreton. Elle confectionne environ 300 masques par jours, offerts au personnel soignant.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Aurélie Lagain

Depuis le début de l'épidémie de Coronavirus, chacun essaie d'aider à sa manière.  Beaucoup d'initiatives solidaires fleurissent sur les réseaux sociaux notamment  pour fabriquer des masques en tissu. Un moyen de pallier le manque de masques chirurgicaux, même si leur efficacité n'est pas prouvé. 

À Capbreton, la société DSL-Tex qui possède notamment la marque Adishatz a décidé, elle aussi, de se lancer dans la fabrication de masques doublés en tissu polyester, provenant du stock de l'atelier. Pour "essayer de répondre à un côté positif des choses" résume le co-gérant de la société, Jean-Luc Lagrave, "chacun peut apporter sa pierre à l'édifice, une entreprise, un particulier... Il peut en faire à la maison... Essayer de faire des choses, c'est ce qui nous interesse : essayer d'aider autour de nous".

Six personnes de l'unité de confection ont été rappelées pour une production journalière d'environ 300 masques

300 masques, c'est beaucoup et peu à la fois parce qu'il y a une très forte demande même si ce masque n'est pas homologué, c'est à dire qu'il ne répond pas aux normes sanitaires du ministère de la Santé explique Jean-Luc Lagrave : "Des médecins, notamment à qui on spécifie, que le produit n'est pas homologué. Mais ils nous disent que nos masques les intéressent. On a des demandes d'Ehpad, d'ADMR, de mairies, même l'hôpital de Bayonne et des demandes d'entreprises qui font face au public tous les jours."

Impossible de répondre à toutes les sollicitations, les demandes locales sont privilégiées explique encore Jean-Luc Lagrave : "On fera ce qu'on pourra, l'idée est de pallier le manque au niveau local du moins autour de Capbreton, le sud Landes."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu