Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : Sophie vit confinée dans neuf mètres carrés à Paris

-
Par , France Bleu Paris

Depuis plus d'une semaine, Sophie vit confinée chez elle à Paris. Cette étudiante de 28 ans occupe une chambre de bonne de neuf mètres carrés. Dans un si petit espace, elle a peur de perdre la tête si le confinement se prolonge et se durcit.

Une chambre de bonne de 9 mètres carrés à Paris
Une chambre de bonne de 9 mètres carrés à Paris © AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

"Mon logement, c'est deux portes." Sophie, 28 ans, vit depuis un peu plus d'une semaine, confinée dans son appartement parisien. Une chambre de bonne de neuf mètres carrés. "La première donne sur une minuscule salle de bain et la deuxième sur un petit couloir, qui lui-même donne sur une minuscule pièce, mais heureusement assez haute sous plafond ce qui me permet d'avoir une mezzanine où j'ai installé mon lit."

Sortir pour vivre

Sophie suit une formation d’architecte. "Comme j'ai débuté mes études en école d'archi il y a plusieurs années, j'ai aménagé les lieux au mieux pour être confortable, mais ça reste très petit. On se croirait dans une capsule japonaise". Pour respirer, la jeune femme est allée courir deux fois, une sortie de nuit et l'autre de jour. Elle avoue avoir été angoissée par le nombre de personnes présentes dans les rues en journée.

"J'ai peur de mal vivre la solitude au bout d'un moment et si en plus, je dois vivre cette solitude en ne faisant que quelques pas dans mon appartement, ça va être rapidement invivable", soupire Sophie.

La peur d'un durcissement du confinement

L'interdiction d'aller faire un peu d'exercice, à l'extérieur, en cas de confinement plus dur, inquiète cette Parisienne. "C'est ma seule possibilité pour m'extraire de cet appartement vraiment trop petit pour garder une santé mentale correcte." 

Sophie a une réponse pour tous ceux qui pointent du doigt les sorties "running". "Faut voir ce que c'est le mal logement à Paris et ceux qui vivent en province ne s'en rendent pas forcément compte. Je pense que s'ils étaient à la place des Parisiens, ils feraient exactement pareil." 

Des conséquences à plus long terme

Entre quatre murs, très proches les uns des autres, l'état d'esprit de Sophie prend un coup. "J'ai peur que ça altère mon moral et ma capacité à suivre mes cours. Tout ça aura un impacte à plus long terme, ça n'est pas que deux mois, ça peut impacter les années à venir."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu