Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus - Les informations à retenir en Moselle ce mardi 31 mars

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Lorraine Nord

Mobilisation des élus pour soulager les hôpitaux de Moselle, évacuations de patients, point sur la situation dans les EHPAD : voici les infos à retenir pour cette journée de mardi en Moselle.

Un hélicoptère transferts deux patients de Metz vers l'Allemagne
Un hélicoptère transferts deux patients de Metz vers l'Allemagne © Maxppp - Gilles Wirtz

L'épidémie de coronavirus a encore franchi un palier en Moselle, au 15ème jour de confinement alors que les hôpitaux de Metz et Thionville sont au bord de l'asphyxie. Suivez la situation en direct. 

> Cliquez ici pour recharger la page

L'essentiel

  • Les hôpitaux de Metz et Thionville arrivent à saturation. La directrice du CHR de Metz-Thionville, Marie-Odile Saillard, estime que "Paris n'a pas conscience de nos besoins".
  • Le maire de Metz, le président du Département de la Moselle, le Président du Grand-Est... Les politiques locaux appellent à la prise de conscience face à l'urgence dans le département.
  • Avec 182 décès depuis le début de l'épidémie, la Moselle est le 2e département en région qui compte le plus de morts du coronavirus, derrière le Haut-Rhin. Le nombre total dans le Grand-Est approche les 1000 morts. 
  • Les évacuations de patients par hélicoptère de Metz vers l'Allemagne ont repris ce mardi.
  • 452 résidents d'EHPAD du Grand-Est sont décédés depuis le début de l'épidémie sans que l'on sache précisément si le coronavirus est en cause. 

Le direct 

19h : Fin de ce direct. Merci de nous avoir suivi. Prenez soins de vous et de vos proches, et restez chez vous. 

18h30 : A quand le pic d'épidémie ? Selon le directeur de l'ARS Christophe Lannelongue, il faudra probablement attendre deux semaines pour constater une baisse des hospitalisations et des admissions en réanimation.

18h15 : Lors d'un point presse, l'ARS du Grand-Est a fait un point sur la situation dans les EHPAD de la région où le plan bleu a été déclenché. Selon les données compilées par l'agence, 60% des établissements sont concernés par le Covid-19. 452 résidents sont décédés depuis le début de l'épidémie, sans pouvoir identifier de façon précise le nombre de morts dûs au coronavirus.

18h05 : Le confinement vu du vestiaire du FC Metz. Le milieu de terrain grenat Habib Maïga se confie sur le site internet du club à la Croix de Lorraine. "Aujourd’hui, mon métier c’est baby-sitter."

18h : Les accidents domestiques liées au confinement. A Budling, près de Metzverisse, un téléphone portable en charge a pris feu vers 13h30 dans la chambre à coucher d'une maison. L'incendie s'est propagé aux autres pièces du logement. Les 3 occupants de l'habitation ont été transportés à l’hôpital Bel Air de Thionville pour des contrôles, et devront être relogés par d'autres membres de leur famille.

17h45 : L'inquiétude des associations mosellanes d'aide aux victimes de violences conjugales. Cette période de confinement peut être une terrible épreuve pour les femmes victimes de violences conjugales, contraintes pour certaines de côtoyer leur conjoint en permanence. En Moselle, les associations de défense des victimes sont encore plus vigilantes. Notre reportage à lire ici.

17h15 : A son tour, le maire de Metz appelle à l'aide face à la saturation des lits de réanimation en Moselle. " La situation est critique et nous en appelons à la solidarité pour notre territoire en crise" déplore Dominique Gros.

16h45 : Un peu de sport et de distraction pour les soignants !

16h40 : Sur sa page Facebook, Jean Rottner publie la vidéo de la préparation d'une commande de 5 millions de masque à la Chine par la région Grand-Est. 

16h30 : Quand une entreprise mosellane rivalise d'ingéniosité pour poursuivre son activité. Le groupe Gocel, basé à Montigny les Metz, propose notamment des réparations à distance de chauffage et de plomberie ! Son patron a aussi élaboré un cahier des charges numérique pour sécuriser les interventions de ses dépanneurs. Notre reportage à lire ici.

16h10 : Coeur Grenat en appelle à la générosité des supporters du FC Metz. Cette structure qui regroupe toutes les associations de fans du club à la Croix de Lorraine (Génération Grenat, Gruppa, Grenathions par exemple) lance un appel aux dons financiers ou matériels pour aider les soignants du département de la Moselle. L'opération s'intitule Coeur Grenat Covid 19

15h40 : Le sénateur (PS) lorrain et ancien secrétaire d'Etat Jean-Marc Todeschini saisi le Gouvernement et alerte Edouard Philippe et Olivier Veran sur "la crise sanitaire tragique que traverse la Moselle."

15h : Nouveau transfert par hélicoptère pour soulager le CHR Metz-Thionville. Deux patients atteints du Covid-19 ont été évacués ce mardi vers Essen en Allemagne. Selon la ministre des Armées Florence Parly, "d'autres vols suivront dans les prochaines heures."

14h25 : Les usines PSA de Moselle (Metz Borny et Trémery) ne sont pas concernées par la fabrication de respirateurs artificiels pour les hôpitaux annoncée par Emmanuel Macron. Concernant une éventuelle reprise d'activité évoquée la semaine dernière, aucune date n'est avancée pour le moment.

14h20 : Chez ArcelorMittal Florange, la reprise d'activité a eu lieu la semaine dernière (25 mars). Le site mosellan n'a pas reçu de commandes pour des tôles de cercueils, qui ne concerne que le site de Montataire dans l'Oise. L'usine a stoppé sa production d'acier stratégique, mais a repris celles du packaging (boîte de conserve) et celles de l'acier automobile, afin d'honorer des commandes notamment au près du groupe Volkswagen. 

14h15 : Selon les informations de France Bleu Lorraine, un car médicalisé de la société mosellane Schidler, qui devait transférer ce mardi 8 patients du CHU de Reims vers le CHU de Tours a dû faire demi-tour, sur décision de la direction générale de la Santé et pour une raison non communiquée. 

13h : Solidarité des entreprises. OPS Corporate - O'Petits Soins, société de nettoyage industriel, de catering et de mise à disposition de professionnels des petits travaux à Metz a remis lundi 100.000 charlottes et 2 000 lunettes de protection au Conseil Départemental de la Moselle, à destination des personnels soignants. 

11h45 : La collecte de sang doit se poursuivre. L'Etablissement Français du Sang a toujours besoin de sang et de plaquettes, même pendant le confinement. La Préfecture de la Moselle indique qu'il est possible de se déplacer pour donner son sang en remplissant l'attestation de déplacement dérogatoire et en cochant la ligne « Déplacement pour motif familial impérieux, pour l'assistance aux personnes vulnérables... ». Les maires de Moselle ont autorisation d'accueillir les collectes mobiles de l'EFS, dans le respect des mesures de précautions et des gestes barrières. Pour connaître la prochaine collecte locale ou prendre rendez-vous pour un don, vous pouvez contacter l’EFS de Moselle au 03 87 69 18 88.

Les dons de sang sont possibles même durant le confinement
Les dons de sang sont possibles même durant le confinement © Radio France - Philippe Paupert

11h30 : Selon les chiffres compilés par Santé Publique France, la Moselle est le deuxième département qui compte le plus de morts du Covid-19 derrière le Haut-Rhin (hors Île-de-France) avec 182 victimes au 30 mars. Dans la région, le nombre total de décès s'élève à 919, pour 3950 personnes hospitalisées dont 844 en réanimation. 1487 personnes sont sorties d’hospitalisation. 

10h30 : "Il faut entendre Marie-Odile Saillard." Sur Twitter, le président de la région Grand-Est Jean Rottner relaie l'appel à l'aide lancé lundi par la directrice générale du CHR Metz-Thionville. "Les hôpitaux de la Moselle doivent bénéficier d’un support logistique et d’évacuations sanitaires. C’est la seule possibilité pour continuer à accueillir de nouveaux patients sans perte de chance" écrit-il.

Une alerte reprise également par le président du Conseil Départemental de la Moselle, Patrick Weiten "J’appelle les départements à se mobiliser pour accueillir des patients mosellans dans leurs structures hospitalières !"

8h35 : Pendant le confinement, les arnaques continuent... La Gendarmerie nationale met en garde contre une recrudescence de phishing, ces mails malveillants qui peuvent arriver dans votre boîte aux lettres.

8h25 : Comme Jean Rottner, le président de la région Grand-Est, le maire de Thionville Pierre Cuny, ou la sénatrice du Pays Haut Véronique Guillotin précédemment, c'est un autre élu qui revêt à nouveau sa blouse de médecin. Le député Modem de Moselle Brahim Hammouche, psychiatre de formation, reprend du service pour soutenir les équipes soignantes.

8h20 : C'est une bonne nouvelle pour les agriculteurs et éleveurs français. Après avoir fermé tous les marchés alimentaires, sauf quelques dérogations, le gouvernement autorise un quart des 10.000 marchés alimentaires de France à rouvrir cette semaine, sous conditions sanitaires strictes. Cela devrait permettre aux producteurs d'écouler charcuteries, asperges ou fromages, bloqués par l'épidémie de Covid-19.

8h15 : C'est une des conséquences directes de l'épidémie de coronavirus, les décès se multiplient. La surmortalité a augmenté de 30% au mois de mars dans le Grand-Est. Sur France Bleu ce matin, Lucas Michel, gérant d'une société de pompes funèbres à Illkirch Graffenstaden près de Strasbourg, nous a raconté son quotidien en ce moment. "Je n'ai jamais connu pareille situation, un tel pic de décès." Ses salariés sont tous opérationnels et il dispose de stocks de matériel de protection en quantité suffisante, mais il espère que ses fournisseurs pourront continuer à l'alimenter. Lucas Michel nous a expliqué aussi combien la situation était difficile pour les familles endeuillées, qui ne peuvent plus assister à la crémation, ni se recueillir une dernière fois devant leurs proches disparus. Il y a de moins en moins de places dans les chambres funéraires : "c'est dur à dire pour un gérant de pompes funèbres, mais nous devons aller vite. Se dépêcher d'aller récupérer les corps, se dépêcher d'emmener les défunts au crématorium ou au cimetière".

8h : La région Grand Est, la Banque des territoires et les conseils départementaux ont débloqué 44 millions d'euros pour venir en aide aux entreprises et associations de la région. Ce fonds permettra de faire des avances de 5 à 10.000 euros aux très petites entreprises (TPE) et jusqu'à 30.000 euros pour les associations et le secteur non-marchand. Les bénéficiaires de cette aide auront un an ensuite pour rembourser.

7h50 : Ils ont obtenu un peu de gel hydroalcoolique... mais ce n'est pas suffisant. Les chauffeurs routiers continuent de réclamer de meilleures conditions de travail, en cette période de confinement. Eric Mignon, secrétaire régional de la FNTR (Fédération Nationale des Transports Routiers) de Lorraine, a expliqué sur France Bleu ce matin que malgré une circulaire du gouvernement, "trop peu d'aires de repos sont rouvertes" pour permettre aux chauffeurs de camions de se laver et d'aller aux toilettes. La moitié des poids-lourds de la région seulement circule, pour réapprovisionner les commerces alimentaires. Le reste est à l'arrêt, du fait de l'activité économique ralentie.

7h45 : Une véritable bouffée d'air pour le groupe SOS Seniors, basé à Metz, qui gère 45 Ehpad dans le Grand Est, dont 29 rien qu'en Moselle. Il a reçu hier un don de 500.000 paires de gants, 5.000 lunettes et 5.000 masques, en provenance du groupe Kingfisher, à la tête des enseignes de bricolage Castorama et Brico Dépôt.

7h35 : La société de transports Schidler, basée à Bouzonville, continue les transferts de malades. Après un premier voyage jeudi dernier entre le CHU de Reims et celui d'Orléans, l'autocar couchette aménagé en véhicule médicalisé est de nouveau mis à contribution ce mardi. Un nouveau convoi est parti de Reims, cette fois-ci à destination de Tours. La société Schidler raconte ces opérations hors normes sur sa page Facebook.

L'intérieur du car médicalisé mis à disposition par la société mosellane Schidler
L'intérieur du car médicalisé mis à disposition par la société mosellane Schidler - DR

7h30 : La drogue fait-elle (vraiment) partie des produits de première nécessité ? En tout cas, quatre jeunes hommes âgés de 17 à 25 ans ont été interpellés ce dimanche devant la prison de Metz-Queuleu. Ils tentaient de parachuter de la drogue à l'intérieur de la maison d'arrêt. Lors de leur interpellation par la police, ils ont tous eu le culot de sortir une attestation de déplacement dérogatoire !

7h25 : Les maires de Florange et Guénange doivent reformuler leurs demandes. Le préfet de la Moselle a invalidé leurs arrêtés municipaux instaurant un couvre-feu, pour limiter les déplacements la nuit sur leurs territoires. Avec l'instauration de l'état d'urgence sanitaire, ce n'est plus du ressort des maires de prendre cette décision.

7h15 : Les demandes de chômage partiel explosent en Moselle. 1.300 entreprises ont déclaré une activité réduite à la Direccte, la Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi en Moselle. Ca concerne 24.000 salariés.

7h : On respire ! L'association ATMO Grand Est, qui surveille la qualité de l'air, a présenté les premiers résultats de ses mesures depuis le début du confinement. La concentration de dioxyde d’azote, essentiellement provoquée par le trafic routier, a diminué de 54% en moyenne dans la région entre les 16 et 25 mars, et même jusqu'à 75% aux abords de l'A31. En revanche, le confinement n'empêche pas la pollution aux particules fines, essentiellement émises par nos systèmes de chauffage.

6h45 : Ils sont mobilisés jour et nuit, pour nous permettre de faire nos courses... Les salariés de la grande distribution sont "toujours là". C'est ce qu'ont voulu faire savoir les employés de l'équipe de nuit du Cora de Moulins-lès-Metz, dans une vidéo postée sur Facebook. Elle a été vue plus de 120.000 fois.

6h35 : Un jeune Mosellan de 17 ans est désormais tiré d'affaire, à l'hôpital Bel-Air de Thionville. Grièvement atteint par le coronavirus, il a passé 8 jours en réanimation, mais son état de santé s'est grandement amélioré ce week-end. Des fake news ont pourtant abondamment circulé à son propos ces derniers jours.

6h20 : C'est le 2ème médecin mosellan à mourir du coronavirus, après un médecin généraliste de L'Hôpital, en Moselle-Est. Ce praticien exerçait au sein du CHR de Metz-Thionville. Il avait été admis en réanimation. Depuis le début de l'épidémie, six médecins français sont décédés du Covid-19, dont quatre dans le Grand Est. Deux d'entre eux étaient de Moselle, le département qui compte le plus de décès en France après le Haut-Rhin.

6h : C'est un cri de détresse que lance Marie-Odile Saillard : le CHR de Metz-Thionville est arrivé au bout de ses capacités en terme de lits de réanimation : ils ont été multipliés par cinq en deux semaines. Il y en a 100 désormais, occupés par 90 patients. "Mais dans quelques heures ils seront tous pleins", prévient le chef du service de réanimation. La directrice de l'établissement estime que la situation n'est pas prise suffisamment au sérieux par Paris, et réclame l'évacuation de 12 patients par jour pour soulager ses services de réanimation.

5h55 : Jamais la France n'avait enregistré autant de décès du Covid-19 en une seule journée. Ce lundi, 418 patients ont succombé dans les hôpitaux. Le cap des 3.000 morts est désormais franchi dans notre pays.eau

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu