Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : un marin du porte-avions Charles de Gaulle témoigne, "L'armée a joué avec notre vie"

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Provence, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique, France Bleu

Alors que 668 marins français ont été testés positifs au Covid-19, en grande majorité sur le porte-avions Charles de Gaulle, un des membres d'équipage, lui-même positif, témoigne. Sous couvert d'anonymat, l'homme parle de sa "colère" et du "manque de transparence de l'armée".

Le Charles-de-Gaulle dans la rade de Toulon (Illustration)
Le Charles-de-Gaulle dans la rade de Toulon (Illustration) © Maxppp - Gilles Bader

Alors qu'au moins 668 marins du groupe aéronaval (Charles de Gaulle et Frégate Chevalier-Paul) sont positifs au Covid-19 selon le ministère des Armées, un des membres d'équipage témoigne, sous couvert d'anonymat, pour France Bleu Provence. Ce père de famille est lui-même positif au coronavirus.

Confiné depuis dimanche sur un site militaire varois, l'homme raconte "avoir l'impression d'être, tel un mouton, parqué dans une chambre". Il partage quelques mètres carrés avec un de ses collègues et voit par la fenêtre que "des grillages sont en train d'être installés"

"L'armée a joué avec notre vie."

L'homme se dit "en colère" : "L'armée a joué avec notre santé, notre vie." "Les mesures barrières étaient difficiles à respecter à bord du porte-avions" poursuit le Varois. Chaque marin disposait de deux masques par jour pour se protéger.

Selon lui, le commandant du porte-avions aurait proposé d'interrompre la mission quand le Charles de Gaulle était en escale à Brest, entre le 13 et 16 mars. À ces dates, dit-il, plusieurs marins présentaient déjà les symptômes du Covid-19 et le Pacha aurait souhaité confiner immédiatement son équipage. Toujours selon le marin, cette proposition aurait été refusée par le ministère des Armées. "Nous aurions dû rester à Brest... Tout ça manque de transparence" conclut le Varois.

Sollicité à ce sujet, le ministère répond que "le chef d’état-major de la Marine a ordonné une enquête de commandement afin de tirer tous les enseignements de la gestion de l'épidémie au sein du groupe aéronaval et pour faire toute la lumière sur les conditions de propagation du virus à bord du porte-avions". Enquête qui prendra plusieurs semaines.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu