Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : suspicion de cas de Covid-19 à bord du porte-avions Charles de Gaulle

Une quarantaine de militaires à bord du porte-avions Charles de Gaulle sont sous observation médicale renforcée. Ils présentent des symptômes du Covid-19. Le porte-avions fait route vers Toulon.

Le porte-avions Charles de Gaulle le 23 mars 2020
Le porte-avions Charles de Gaulle le 23 mars 2020 © AFP - HENNING BAGGER / RITZAU SCANPIX

"Les marins présentant des symptômes sont actuellement pris en charge et font l’objet d’un suivi médical renforcé" précise le ministère des Armées. "Ils ont été placés en confinement isolé, par mesure de précaution vis-à-vis du reste de l’équipage. Aucune aggravation n’a été constatée chez ces patients. Tout est actuellement mis en œuvre afin d’assurer la sécurité des membres de l’équipage".

Dès aujourd'hui, une équipe de dépistage avec des moyens de test sera acheminée à bord du porte-avions pour investiguer les cas apparus et éviter la propagation du virus à bord du navire. 

L'organisation à bord a été adaptée. Des médecins, infirmiers, chirurgiens composent l'équipe médicale dans le porte-avions. Le navire dispose aussi d'une salle d'hospitalisation, des respirateurs et d'un espace de confinement d'une centaine de places pour isoler les malades.

Le navire militaire fait route vers Toulon plus tôt que prévu. Il devait initialement rentrer le 23 avril. Le porte-avions était en mission depuis le 21 janvier 2020  au sein de l’opération Chammal déployée en Irak.

Depuis son départ de Toulon en janvier, le navire militaire a fait plusieurs escales. Notamment du 13 au 16 mars. Le porte-avions Charles de Gaulle avait fait escale à Brest. Cela faisait dix ans qu'il n'était pas venu. Même si la journée familles prévue sur le navire avait été annulée, les marins n'avaient pas été confinés à bord. L'état major des armées avait précisé que "ales relâches opérationnelles sont nécessaires à la régénération du potentiel des équipages et des bâtiments, il n’est donc pas envisagé de confiner les marins à bord pendant l’escale à Brest. Des mesures de prévention adaptées sont appliquées sur le porte-avions et au sein du Groupe aéronaval , en application des recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé".

Opérations extérieures bousculées

Le coronavirus a contraint l'armée à modifier et aussi à supprimer certaines opérations extérieures.  

Début avril, le ministère des Armées avait indiqué que quatre officiers français déployés au Sahel dans le cadre de l'opération antijihadiste Barkhane avaient déjà été testés positifs au Covid-19.   

Fin mars, la France a donc décidé de rapatrier jusqu'à nouvel ordre ses 200 militaires déployés en Irak, pays durement frappé par le Covid-19. "Des périodes d’isolement sont désormais prévues avant chaque départ en Opex", d'une durée supérieure à 14 jours, "sur le territoire national ou dans les zones où sont projetés les soldats, si le pays hôte le permet", avait alors expliqué l'état-major.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess