Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : un camping-cariste ligérien bloqué au Maroc demande son rapatriement en France

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Ils seraient plusieurs milliers dans cette situation. Des camping-caristes français, en voyage au Maroc, mais bloqués sur place depuis que le pays a décrété son confinement. Une pétition adressée à Emmanuel Macron a été lancée sur internet pour demander le rapatriement de ces touristes français.

Gilles et sa femme sont bloqués dans un camping près de Marrakech depuis le 1er mars.
Gilles et sa femme sont bloqués dans un camping près de Marrakech depuis le 1er mars. © Radio France - Hubert Bergé.

"On aimerait juste pouvoir rentrer chez nous." C'est l'appel lancé par plusieurs milliers de Français coincés au Maroc avec leurs camping-cars. A cause du coronavirus et du confinement dans le pays, ces touristes sont bloqués dans plusieurs campings depuis des semaines, sans possibilité de revenir en France. Une pétition pour demander leur retour a donc été lancée sur internet. Elle a été envoyée ce mercredi à Emmanuel Macron et a récolté 2500 signatures, dont celle de Gilles, qui habite la Talaudière près de Saint-Étienne, dans la Loire.

"Je commence à déprimer"

"La vie n'est pas très agréable", confie ce retraité de 70 ans, confiné dans un camping près de Marrakech depuis le 1er mars. "Ça commence à taper sur le moral et je commence à déprimer ! L'esprit camping-car, c'est de s'arrêter où on veut quand on veut, d'être libre. On avait prévu de rester là 15 jours, peut-être trois semaines, mais pas plus d'un mois."

Vue de l'intérieur du camping.
Vue de l'intérieur du camping. © Radio France - Hubert Bergé.

Impensable de rentrer sans son camping-car

Comme les autres Français bloqués avec lui, Gilles ne peut pas rentrer au pays. Les liaisons en ferry entre le Maroc et l'Espagne ont été suspendues. Les autorités leur ont donc proposé de rentrer en avion, mais ils ont presque tous refusé. "Moi j'ai le camping-car et la voiture, ça représente 100 000 euros d'investissement", explique le Ligérien. Il est hors de question que je laisse mes deux véhicules au Maroc. "En plus lors d'un voyage à l’étranger, on n'est assuré que pour 6 mois", enchaîne Hubert, son voisin de camping, qui est aussi l'auteur de la pétition adressée au chef de l'État. "Il faut donc un rapatriement par la route." 

Hubert Bergé et son épouse.
Hubert Bergé et son épouse. - Hubert Bergé.

Le Maroc a prolongé son confinement au moins jusqu'au 20 mai

Selon les calculs des camping-caristes, entre 4 000 et 5 000 Français seraient concernés. "Et pour certains ça devient de plus en plus compliqué", poursuit Hubert, alors que les autorités marocaines ont annoncé que le confinement durerait au moins jusqu'au 20 mai. "Certains ont plus de 80 ans et les grosses chaleurs arrivent, d'autres ont aussi des problèmes de médicaments, on arrive à en trouver au Maroc, mais ils sont très chers."

Avec sa pétition, le Vosgien de 67 ans espère donc faire avancer les choses. "On ne sait rien et on ne nous dit rien. Le Maroc est un très joli pays, mais ce que nous voulons, c'est rentrer en France, ne serait-ce que pour retrouver notre maison et nos habitudes." Le ministère des Affaires étrangères explique faire tout son possible pour organiser de nouveaux trajets en ferry, en précisant que deux rotations ont déjà été effectuées pour rapatrier des camping-caristes, les 31 mars et 4 avril derniers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess