Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : un couvre-feu instauré à Riom dans le Puy-de-Dôme

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Pour lutter contre la propagation du Coronavirus, le maire de Riom, dans le Puy-de-Dôme, a instauré un couvre-feu à compter de ce mardi 31 mars. Toutes les sorties seront interdites entre 21 heures et 5 heures du matin. Sauf dérogation exceptionnelle. Et à moins que la Préfecture ne s'y oppose.

Le maire a interdit toutes les sorties entre 21 heures et 5 heures du matin
Le maire a interdit toutes les sorties entre 21 heures et 5 heures du matin © Maxppp - Christophe Tarreirias

Comme d'autres communes, la ville de Riom a décidé de prendre une décision radicale. Le maire a pris un arrêté instaurant un couvre-feu, et interdisant toute sortie entre 21 heures et 5 heures du matin. Une décision prise par Pierre Pécoul, le premier magistrat, pour faire respecter le confinement, ce qui n'était manifestement pas le cas dans la deuxième ville du Puy-de-Dôme. 

On a vu dernièrement un non respect du confinement, il y a des gens qui traînent le soir - Pierre Pécoul, maire de Riom

Toutes les sorties seront donc interdites à compter de ce mardi 31 mars, entre 21 heures et 5 heures du matin. "On peut comprendre que certaines personnes aient besoin de se déplacer dans la journée, mais le soir ça pose problème" poursuit Pierre Pécoul. 

Des dérogations prévues

Mais des dérogations sont bien évidemment possibles dans le cadre prévu par la loi. Les personnels soignants, ou ceux qui sont obligés de travailler, ou encore ceux ayant des problèmes de santé, et qui vont porter assistance à une personne vulnérable, pourront toujours le faire, à condition d'être muni de l'attestation dérogatoire et d'une pièce d'identité. 

L'arrêté municipal précise également que des contrôles seront effectués, et que "les violations seront réprimées conformément aux lois et règlements en vigueur". Le couvre-feu est instauré jusqu'au 15 avril prochain. Sauf si la Préfecture s'y oppose. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu