Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : une entreprise textile s'implante à Laval et recrute pour confectionner des masques en tissu

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu Maine

En plein confinement, l'entreprise textile Les Mouettes Vertes s'installe à Laval et recrute quinze personnes en CDI pour confectionner des masques en tissu.

Image d'illustration - masques en tissu.
Image d'illustration - masques en tissu. © Maxppp - Thierry THOREL

S'il y a bien un secteur qui recrute en cette période de crise sanitaire et de confinement, c'est le secteur du textile.  Les Mouettes Vertes, une entreprise désormais parisienne mais créée il y quinze ans à Quimperlé en Bretagne, spécialisée dans les produits en coton bio, va lancer lundi prochain (4 mai) une nouvelle production de masques en tissu homologués AFNOR. Et pour cette production, l'entreprise a choisi d'aménager un atelier dans le quartier Saint-Nicolas à Laval.

Quinze postes en CDI à pourvoir

L'entreprise, qui emploie 14 salariés en France, travaille principalement avec un atelier en Inde, près de Bombay, où s'activent 250 personnes. Mais l'entreprise a choisi la Mayenne pour développer son activité et recrute quinze salariés. 

"C'est un projet que nous avions depuis un moment parce que nous avons une demande croissante de produits textiles bio et made in France. La crise sanitaire nous a conduit à accélérer ce projet parce que de nombreux clients, au moment du confinement, nous ont demandé des masques. On a proposé une réponse au travers de nos ateliers en Inde, mais _une loi fédérale indienne a interdit subitement les exportations de masques_, et  nous n'avons pas pu répondre à nos clients", raconte Aymeric Mautin, le président de l'entreprise.

Le président de l'entreprise, Aymeric Mautin

C'est un challenge considérable.

L'entreprise a donc cherché un local dans l'Ouest de la France pour implanter un nouvel atelier, et son choix s'est porté sur Laval, pour plusieurs raisons. "_La première c'est qu'on a reçu un accueil chaleureux des équipes de la région des Pays-de-la-Loire, et un relais très efficace de l'agglomération de Laval, en particulier de Laval Économie, qui nous a permis d'avancer très vite, et d'identifier très vite un atelier de production. Ensuite, c'est une région dans laquelle il y a une tradition textile, il existe encore un savoir-faire, un certain nombre d'entreprises textiles, et ça permet de faire jouer des synergies. Pour finir, on a une base de clientèle assez importante dans l'Ouest de la France, et ça avait du sens pour nous de préserver cette proximité. C'est un challenge considérable, nous sommes en train de recruter les équipes, nous recevons les machines, nous avons commandé le tissu. Tout ça démarre très vite_", ajoute Aymeric Mautin.

Le président de l'entreprise, Aymeric Mautin

Aymeric Mautin

Moins de trois semaines pour démarrer la production

Très vite, car tout s'est joué en quelques semaines. Le conseil régional des Pays-de-la-Loire a informé notamment l'agglomération de Laval que l'entreprise Les Mouettes Vertes cherchait un local. L'agglo, via Laval Économie, a proposé le 14 avril un bâtiment vacant de près de 1000 m² dans le quartier Saint-Nicolas à Laval, près du centre multi-activités. Le dirigeant est venu le visiter le 20 avril, et a décidé d'y installer son atelier.

On avait quelques atouts de notre côté.

"On a sauté sur l'occasion. C'est une conjonction de facteurs qui fait que l'on avait un bâtiment disponible depuis quelques mois, qui correspond aux attentes du dirigeant, à son cahier des charges. On a pu prendre les contacts nécessaires avec Pôle Emploi et l'ensemble des acteurs en charge de la formation et de la filière, pour le rassurer. À partir du moment où lui était pressé et que nous, on mettait en place les conditions qui lui permettaient de s'implanter rapidement, la décision a été favorable pour nous. On avait quelques atouts de notre côté, on les a fait valoir, pour que l'entreprise fasse le choix de Laval", explique Frédéric Mellier, le directeur-adjoint de Laval Économie.

C'est une vraie opportunité que l'on a pu saisir, c'est une chance pour le territoire.

"C'est une vraie opportunité que l'on a pu saisir, c'est une chance pour le territoire. Sur ce territoire, il y a un tissu industriel très important, et notamment une histoire dans le textile qui est significative. Ça permet de garantir à l’employeur une implantation, et en même temps d'avoir les organismes de formations et le personnel potentiellement formé sur le territoire", ajoute Frédéric Mellier.

Frédéric Mellier est le directeur-adjoint de Laval Économie.

Frédéric Mellier est le directeur-adjoint de Laval Économie.

Un recrutement particulier, confinement oblige

Il ne reste plus qu'à recruter les quinze salariés. Vous pouvez encore postuler. Une première réunion d'information sur les postes à pourvoir a lieu ce mardi matin à 10h en visio-conférence via l'application Zoom. Les personnes intéressées doivent envoyer un mail à entreprise.pdl0050@pole-emploi.net. Les candidats sélectionnés seront convoqués pour des entretiens ce mercredi, il faudra pour cela se rendre dans les locaux de Laval Agglomération, quartier Ferrié à Laval.

Il y aura les entretiens d'embauche en présentiel, avec le respect des gestes barrières, uniquement sur rendez-vous.

"Compte tenu de la situation, il a fallu réagir vite, et surtout innover, car nous ne pouvions pas procéder à un recrutement comme avant. [...] Suite à cette présentation, il y aura les entretiens d'embauche en présentiel, avec le respect des gestes barrières, uniquement sur rendez-vous", détaille Isabelle Gatel, responsable équipe entreprise au Pôle Emploi Laval Saint-Nicolas. Les candidats devront se munir de leur CV, et peuvent apporter des masques qu'ils ont confectionnés ou autres réalisations.

Évidemment Pôle Emploi a déjà repéré et informé les demandeurs d'emploi qui pourraient être intéressés par ces postes, mais tout le monde peut postuler. "Ces offres d'adressent à toutes les personnes ayant des compétences en confection ou en couture, les mécaniciennes en confection qui ont déjà travaillé dans un atelier, mais aussi des personnes qui ont des connaissances en couture, et qui font de la couture chez elles, mais qui ont des compétences également", ajoute Isabelle Gatel.

Isabelle Gatel Responsable Equipe Entreprise Pôle Emploi Laval Saint Nicolas

Isabelle Gatel Responsable Equipe Entreprise Pôle Emploi Laval Saint Nicolas

"Répondre à la demande de production Made In France"

Même si les premiers masques fabriqués ne seront pas en coton bio car la matière première n'a pas été homologuée, les clients sont notamment les réseaux de magasins d'alimentation bio, pour protéger leurs salariés et les clients, des entreprises spécialisées dans les cosmétiques bio, des acteurs engagés de la mode et des acteurs du monde culturel. Les salariés recrutés confectionneront dans un premier temps des masques, puis des produits de l'entreprise, sacs, tabliers, ou trousses en coton.

"Notre objectif est de constituer un atelier qui soit pérenne, donc on va embaucher le personnel en CDI. L'objectif étant qu'une fois la phase masque passée, on puisse prendre le relais avec la gamme de produits que nous commercialisons aujourd'hui, des sacs en coton bio, des cabas, des filets à provisions, des vêtements professionnels. L'idée est d'apporter un relais de croissante pour pouvoir répondre à la demande de production Made In France dans nos gammes de produits", poursuit Aymeric Mautin.

L'entreprise travaille déjà avec trois ESAT et des ateliers protégés à Laval, Rennes et en Vendée, mais le gros de sa production est réalisée en Inde. Elle ne compte pas abandonner les productions déjà existantes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess