Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : y a-t-il un risque de coupures d’électricité cet hiver ?

-
Par , France Bleu

Les Français risquent-ils des coupures d’électricité cet hiver ? Avec la crise sanitaire, les opérations de maintenance des réacteurs nucléaires ont été bouleversées. Mi-octobre, le gestionnaire RTE a fait part de sa vigilance concernant l'approvisionnement électrique en cas de vague de froid.

Des coupures d’électricité organisées sont une éventualité en cas d'ultime recours cet hiver.
Des coupures d’électricité organisées sont une éventualité en cas d'ultime recours cet hiver. © Maxppp - OLIVIER BOITET

A la mi-octobre, RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France a fait part de sa vigilance concernant l'approvisionnement électrique cet hiver en cas de vague de froid. A cause de la crise sanitaire, le planning de maintenance des réacteurs nucléaires a été bouleversé, indique l'AFP, et une partie de ces réacteurs ne seront finalement pas disponibles en fin d'année. Selon le Figaro, des coupures d’électricité organisées sont envisagées en cas d'ultime recours, comme cela a été évoqué plusieurs fois ces dernières années.

"Probabilité de tension élevée"

Mi-septembre, RTE a averti EDF qu'il y avait "une probabilité de tension élevée fin novembre-début décembre en cas de froid précoce", rapporte l'AFP. Car la crise sanitaire a bousculé le planning de maintenance des réacteurs nucléaires, alors que cette énergie est la première source de production et de consommation d'électricité en France. Au final, EDF espère aller jusqu'à 42 ou 43 réacteurs nucléaires en fonctionnement au mois de novembre, sur les 56 du parc.

Le 16 octobre, le président de RTE Xavier Piechaczyk a précisé : "aujourd'hui avec les efforts d'EDF et les gigawatts supplémentaires de nucléaire mis à disposition, nous conservons malgré tout cette vigilance particulière, cela reste compliqué en cas de vague de froid", tout en indiquant que le couvre-feu pourrait entraîner une baisse de la consommation, et donc dégager des marges. 

Situation "sous vigilance particulière"

Mais selon Xavier Piechaczyk, il ne faut cependant pas exclure la possibilité de recours "à des moyens post-marché". Ces mesures peuvent être l'interruption de grands consommateurs industriels rémunérés à cet effet, une diminution de la tension sur le réseau voire des coupures ciblées et tournantes. 

"La situation de l'hiver 2020-2021, sous vigilance particulière, est exceptionnelle, car liée à l'impact de la crise sanitaire sur la disponibilité de production nucléaire pour cet hiver, surtout si les températures sont significativement inférieures aux normales de saison", précise au Figaro un porte-parole de la RTE.

Des coupures envisagées ?

Ce mercredi, Le Figaro revient sur ces hypothèses et indique que "des coupures d’électricité tournantes, par paquet de 200.000 foyers français ou plus, risquent d'être organisées", c'est en tout cas ce qu'évoque comme éventualité RTE dans ses dernières prévisions hivernales publiées en septembre. 

"Il suffirait même, pour que cela arrive, que la France connaisse un hiver rigoureux sans être exceptionnel comme en 2012 ou 2018" précise une étude de l'institut IED réalisée pour le comité social et économique central (CSE-C) d'EDF SA, dont Le Figaro a eu connaissance.

Mais avant les coupures organisées, plusieurs fois évoquées mais jamais actionnées, RTE dispose d'autres recours, comme "l'appel aux éco-gestes chez les ménages", "la coupure de courant chez les entreprises volontaires" ou "l'importation d’électricité des pays voisins". Le risque de coupures sera réévalué en novembre, selon Le Figaro. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess