Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Zoos et aquariums en difficulté financière

-
Par , France Bleu Loire Océan

La pandémie de Covid 19 frappe les zoos et les aquariums en plein cœur. C’est au printemps habituellement que les parcs animaliers entament leur saison. Entretien avec Planète Sauvage, la Boissière du Doré et l’Océarium du Croisic.

Au zoo de la Boissière du Doré le parc à lions (dans le fond) reste en chantier.
Au zoo de la Boissière du Doré le parc à lions (dans le fond) reste en chantier. - Sébastien Laurent

En Loire-Atlantique, les animaux de Planète Sauvage à Port-Saint-Père, de la Boissière-du -Doré et de l’Océarium du Croisic sont toujours nourris et soignés avec attention, mais les structures sont fermées au public et elles rencontrent des difficultés financières.

Planète sauvage mise sur les réseaux sociaux

Avec 1100 animaux et 290 000 visiteurs chaque année, le parc animalier Planète Sauvage et l’un des plus visités du département. Il aurait dû ouvrir tous les jours de la semaine dès le 1er avril, mais la pandémie empêche tout accès. Le parc y remédie en proposant au public de rester en contact avec les animaux via les réseaux sociaux. Sa chargé de communication Clémentine Amar :

On essaye de continuer de partager au maximum la vie du parc, les soigneurs nous envoient des photos et des vidéos. On a beaucoup d’interaction. Les gens sont disponibles et prennent plaisir, pour nous c’est encourageant.

Et du courage, le parc en a bien besoin. Ses projets sont à l’arrêt. Les six lodges –logements haut de gamme - en cours de construction vont attendre, le chantier est à l’arrêt. Les travaux devraient reprendre à l'automne pour une ouverture en avril.

La Boissière-du-Doré : un emprunt de 750 000 euros

A l’arrêt aussi le chantier d’un parc à lions de deux hectares au zoo de la Boissière du Doré. Le directeur Sébastien Laurent avait investi 1 million d’euros dans ce projet. Sans parler des frais de fonctionnement du zoo qui avoisinent les 215 000 euros.

Je dors mieux depuis quatre jours car à force de chercher des prêts, j’en ai trouvé trois. La mauvaise nouvelle c’est qu’on a recréé de l’endettement, on a emprunté  750 000 €. De quoi tenir avril, mai et juin.

La Boissière-du-Doré salue également les messages de soutien du public :

On a des messages de partout, ça fait du bien de se sentir soutenu, on a beaucoup d’encouragements, des gens qui disent tenez bon, dès que ça rouvre on arrive.

Le parc compte un millier d’animaux et 140 espèces. Un bébé zèbre, un bébé paresseux et des petits pélicans viennent d’y voir le jour. Il est visité chaque année par 140 à 150 000 personnes.

La cagnotte lancée pour l’aider à traverser cette épreuve a permis de collecter à la date du 16 avril près de 30 000€.

Océarium du Croisic : prêt garanti par l'état

A l’Océarium du Croisic aussi les banques sont appelées à l’aide. Le directeur Stéphane Auffret a « quelques mois de trésorerie d’avance mais l’activité est à zéro et on a des charges fixes de nourriture, d’énergie et de contrat de maintenance ». Il vient d’apprendre que sa banque « acceptait l’accord de principe pour un prêt garanti par l'état qui représente un quart du chiffre d’affaire

Pour ce qui est de la nourriture, l’Océarium  qui compte 4000 spécimens et 250 espèces, avait anticipé : "dès les premiers jours on avait commandé de la nourriture chez nos fournisseurs en France et à l’étranger et nous travaillons aussi avec l’apport local d’un chalutier. Avec notre stock de congelés on est parés pour les quatre prochains mois.  Je dois avec quatre tonnes de poissons en stock."

Stéphane Auffret parle de crise sans précédent :

Dans le secteur du loisirs et du tourisme on a eu cette chance de ne jamais connaitre de crise contrairement à l’industrie, l’immobilier ou la banque. Là c’est notre première et elle est très importante.

Le directeur de l'Océarium se projette dans l'après crise :

On sait aussi que les comportements vont changer, que voyager en faisant trois clics sur sont ordinateur ça va évoluer et il est difficile de savoir comment les gens vont réagir.

En attendant, les animaux de l’Océarium se portent bien :

Depuis un mois on bénéficie d’une eau de très bonne qualité, et c’est un plus pour les animaux et les invertébrés.

Derrière les murs de l’Océarium la vie continue « comme si on allait ouvrir demain » : nourrissages, plongées et entretiens ont lieu normalement. Comme dans les parcs animaliers, des naissances ont lieu : « On a eu des petites raies, des petites roussettes et aussi une ponte de poissons clowns. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess