Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Corrèze : six mois après l'entrée en vigueur, les 80 km/h toujours aussi contestés

jeudi 10 janvier 2019 à 18:39 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Lancée le 1er juillet 2018, l'expérimentation de la vitesse à 80 km/h sur les routes départementales et communales est toujours autant contestée en Corrèze. Le président du conseil départemental, vivement opposé à la mesure, affirme au contraire que la vitesse a globalement augmenté.

"Le nouveau monde vous demande de ralentir" : le président du conseil départemental de Corrèze a répondu par l'humour au passage à 80 km/h
"Le nouveau monde vous demande de ralentir" : le président du conseil départemental de Corrèze a répondu par l'humour au passage à 80 km/h © Radio France - Nicolas Blanzat

Brive-la-Gaillarde, France

Quel bilan six mois après le début de l'expérimentation de la vitesse à 80 km/h sur les routes départementales et communales depuis son entrée en vigueur le 1er juillet 2018 ? La préfecture de la Corrèze ne donne aucun élément car l'Etat se réserve la prochaine communication des chiffres au niveau national. Aussi bien sur l'évolution du nombre d'accidents liés à la vitesse que sur le nombre de procès verbaux dressés en raison d'excès de vitesse. Difficile, donc, de dire si les chiffres permettent de donner une tendance pour savoir si les automobilistes respectent vraiment, ou non, la nouvelle vitesse en vigueur.

La vitesse a augmenté dans 9 cas sur 10 selon le département

Interrogés au hasard, certains conducteurs affirment respecter le 80 km/h. "Surtout parce qu'on risque une amende et de perdre des points" résume l'un d'entre eux, alors que d'autres avouent n'avoir rien changé et s'agacent de perdre du temps sur la route. Le président du conseil départemental de la Corrèze avait vigoureusement réagi contre la mesure. Six mois plus tard, Pascal Coste affirme au contraire que la vitesse a augmenté dans un grand nombre de cas. Pour cela, il s'appuie sur les relevés effectués par ses équipes car celles-ci effectuent des mesures pour savoir s'il faut refaire des routes ou réaliser des aménagements de sécurité sur le réseau départemental. "Depuis le passage aux 80km/h, neuf mesures faites inopinément sur dix donnent lieux à des relevés plus importants que lorsque la vitesse était encore fixée à 90km/h" indique Pascal Coste. "Ce qu'on peut en déduire, c'est que ceux qui roulaient lentement circulent encore plus lentement. Et ceux qui roulaient à la vitesse normale vont aujourd'hui un peu plus vite après avoir doublé un véhicule lent". Cela dit, "six mois, c'est un peu court pour tirer un vrai bilan" nuance le président du conseil départemental.

"Une vue parisienne"

Sur le terrain, il reste un ressenti globalement partagé, notamment par ceux qui roulent beaucoup pour travailler. "Pour nous, c'est une vue parisienne et une obligation en plus" lance le président de la chambre des métiers et d'artisanat de la Corrèze. "Cela fait que les zones rurales sont les plus touchées, ça allonge les temps de déplacement et ça fait perdre du temps. A Paris, c'est limité à 70km/h sur le périphérique, et idem dans les grands centres" continue Marcel Demarty. "Nous, on accélère et on freine. Vous avez fait la route entre Brive et Tulle ? Certains la font tous les jours. Il faudrait que je compte mais il faut changer peut-être près de quinze fois de vitesse". Il fait part, globalement, d'une peur de s'oublier et de se faire flasher.