Société

Corrida radiée du patrimoine immatériel de la France : les réactions en Vaucluse

Par Anne Domece, France Bleu Vaucluse lundi 1 août 2016 à 10:57

La corrida radiée du Patrimoine immatériel de la France ?
La corrida radiée du Patrimoine immatériel de la France ? © Radio France - Ludovic Labastrou

La corrida exclue du patrimoine immatériel de la France ? Le Conseil d’État a rejeté la demande de deux associations qui contestaient la radiation de cette pratique de l'inventaire du patrimoine. Les pro-corridas s'indignent et contestent, les anti-corridas parlent de "victoire".

La corrida ne serait plus inscrite à l'inventaire du patrimoine immatériel de la France, aux côtés de l'équitation à la française, du repas gastronomique, de la fauconnerie ou encore de la dentelle d'Alençon. Le Conseil d’État l'a confirmé la semaine dernière, même si l'interprétation de cette décision fait débat.

La pratique tauromachique avait rejoint l'inventaire du patrimoine immatériel en 2011, après des démarches engagées par l'union des villes taurines de France et l'observatoire national des cultures taurines. Cette inscription avait immédiatement été contestée par les anti-corridas, qui avaient lancé des procédures judiciaires.

En 2015, la cour administrative de Paris leur a donné raison, en décidant de radier la corrida de l'inventaire du patrimoine immatériel. Et le Conseil d’État vient de rejeter deux recours déposés par l'association des villes taurines et l'observatoire national des cultures taurines.

Une décision commentée dans tout le Sud de la France

"C'est une formidable nouvelle, estime Jean-Pierre Garrigues, le porte-parole du CRAC (Collectif radicalement anti-corrida). Cette pratique n'a rien à faire dans le Patrimoine immatériel. C'est une pratique basée sur la cruauté... Il nous a fallu cinq ans pour obtenir sa radiation du patrimoine immatériel, nous savourons aujourd'hui une totale victoire. On avance."

Les pro-corridas ne voient pas du tout les choses de la même façon. "La justice n'a fait que botter en touche, affirme Ludovic Para, avocat et aficionado. L'inscription ou la désinscription de la corrida à l'inventaire du patrimoine immatériel n'est notée nulle part noir sur blanc. La corrida continue d'exister, n'en déplaise aux anti-corridas."

"La justice méprise nos traditions locales"

En tout cas, la nouvelle a été largement commentée tout le week-end dernier à la fête votive de Saint-Saturnin-lès-Avignon. De nombreux habitants ne comprennent pas la décision du Conseil d’État. "La justice méprise nos traditions locales",  ont lâché plusieurs amateurs de corrida, qui craignent que cette décision ne soit qu'une première étape.

A la fête votive de Saint-Saturnin, on ne parlait (presque) que de ça

Quelque 300 pratiques sont inscrites à l'inventaire du patrimoine immatériel de la France... Il s'agit d'une inscription symbolique, une reconnaissance qui n'implique aucune mesure de sauvegarde.

Partager sur :