Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Corse : Ajaccio « crack » pour la drogue dure

-
Par , , France Bleu RCFM

La consommation du « crack », mélange de cocaïne et d’ammoniaque ou de bicarbonate de soude aux conséquences désastreuses pour la santé physique et mentale, serait en nette augmentation dans l’île, notamment sur la région ajaccienne. Les experts alertent sur ce phénomène nouveau en Corse.

Dans les rues d'Ajaccio, le crack a commencé à se répandre au cours des deux dernières années
Dans les rues d'Ajaccio, le crack a commencé à se répandre au cours des deux dernières années © Radio France - Radio France

On l'appelle le "crack" du nom du bruit qu'il fait quand il se consume. Cette drogue dure, également appelée Free base, apparue en Amérique du Sud dans les années 70 a depuis gagné l'ensemble de la planète. La Corse semblait jusqu'ici épargnée, mais depuis deux ans, les centres d'addictologie ainsi que les forces de police notent une nette augmentation de ce produit mélange de cocaïne et d'ammoniaque ou de cocaïne et de bicarbonate de soude. Les effets du crack sont catastrophiques sur la santé physique et mentale. Perte de poids, chute de dents, hallucinations, psychoses, les médecins alertent sur sa consommation, d'autant que cette drogue est beaucoup plus addictive que les autres. 

Un phénomène nouveau en Corse

Le crack a fait son apparition à Ajaccio il y a deux ans. Du côté des médecins, on parle plutôt de Free base : c'est à dire un dérivé de la cocaïne qui s'assimile au crack dans sa consistance et ses effets. Cette drogue dure, qui coûte moins cher que les autres, est malheureusement à la portée de tous et dans les services d'addictologie d'Ajaccio ainsi qu’au sein de l'Association Addiction France, on observe une augmentation de consommateurs. 

Des effets désastreux 

Perte de poids, chute de dents, hallucinations, psychoses, les médecins alertent sur la consommation du crack
Perte de poids, chute de dents, hallucinations, psychoses, les médecins alertent sur la consommation du crack © Radio France - Radio France

C'est un produit très addictif qui procure à son consommateur une brève forme d'extase. Pourtant, ses effets sur l'organisme sont désastreux. Marc Soreau, médecin au centre d'addictologie d'Ajaccio : « Ça va vous donner une euphorie, un flash, avec un sentiment de supériorité physique ou intellectuel voire sexuel, évidemment on peut avoir des effets d’hallucination, de délire, jusqu’à la démence quelques fois irréversibles. »

Marc Soreau, médecin au centre d'addictologie d'Ajaccio

La démence chez les consommateurs de crack, les forces de l'ordre y sont parfois confrontées au cours de leurs interventions. Le directeur départemental de la sécurité de publique de Corses-du-Sud, Éric Cluzeau : « Les consommations aussi provoquent un effet sur la délinquance, quand on est un peu sevré par le produit, qu’on le recherche et qu’on le retrouve on voit au niveau du comportement des conséquences, des accès de violence, on le retrouve dans nos interventions. »

Éric Cluzeau, directeur départemental de la sécurité de publique de Corses-du-Sud

Dans les rues d'Ajaccio, le crack a commencé à se répandre au cours des deux dernières années. Tony Granier, éducateur à l'Association Addiction France, en fait le constat : « Sur notre île par rapport à une consommation qui paraissait quasiment inexistante aujourd’hui on peut dire qu’il y a un usage de ce type de drogue. Il y a bien souvent un mal être derrière ça et des personnes qui ont besoin d’un soutien et d’un accompagnement. Depuis deux ans il y a des personnes qui viennent au centre régulièrement et sont usagères du crack. »

Tony Granier, éducateur à l'Association Addiction France

Dans son service, les consommateurs de drogues dures représentent 20 % des usagers. C'est à dire une personne sur cinq.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess