Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Corse : La Toussaint sous protection policière, les lieux de culte musulmans fermés

-
Par , , France Bleu RCFM

Les messes de ce week-end devraient être surveillées par des policiers et des gendarmes, avec le relèvement du niveau du plan "Vigipirate" au seuil "urgence attentat". En Corse, les lieux de culte musulmans sont eux aussi sous protection, même si ceux-ci n’accueillent plus de public.

L'église St Roch d'Ajaccio sous protection policière pour le week-end de la Toussaint
L'église St Roch d'Ajaccio sous protection policière pour le week-end de la Toussaint © Radio France - Olivier Castel

Surveillance maximale autour des lieux de cultes, après les attentats et tentatives qu'a connu la France ces derniers jours. Comme partout en France, les offices religieux chrétiens vont s'arrêter après la Toussaint, en raison du confinement. Mais vu les derniers attentats et tentatives de ces dernière semaines, ce week-end se fera donc sous protection policière autour des lieux de rassemblements et de prière. Les messes devraient être surveillées par des policiers et des gendarmes. 

C'était le cas vendredi soir, au pied de l'église Saint Roch à Ajaccio. Les quelques fidèles présents à l'office de 18h, une vingtaine environ, ont croisé la demi-douzaine de policiers et CRS en factions, bien visibles sur le parvis de l'église. 

Micro-trottoir : des paroissiens se disent rassurés de la présence policière

"La vigilance se matérialise par l'allocation des moyens de police, de gendarmerie, de CRS et de renseignements que nous avons dans l'île, précisait vendredi sur notre antenne le préfet de Corse, Pascal Lelarge. Cela se fera aussi par des contacts resserrés avec les responsables religieux, à commencer par l'église catholique, mais pas que...Il peut y avoir des réactions à droite et à gauche qui peuvent concerner d'autres religions".

Des CRS en armes devant les portes de l'église St Roch d'Ajaccio
Des CRS en armes devant les portes de l'église St Roch d'Ajaccio © Radio France - Olivier Castel

Les lieux de cultes musulmans fermés depuis jeudi 29 octobre, les responsables locaux inquiets

En effet, la surveillance est également accrue autour des mosquées et des salles de prières musulmanes. Cela-dit-, toutes sont désormais fermées au public, et ce depuis le 29 octobre. Le président du Conseil Français du Culte Musulman avait lancé un appel en ce sens au niveau national, afin de témoigner de la solidarité des instances musulmanes avec les chrétiens. Une volonté relayée en Corse par Miloud Mesghati, responsable du culte dans l'île. Ce dernier a réagi à nos micros, suite aux attentats qui ensanglantent la France. 

"Nous condamnons avec fermeté ce qui se passe. Il faut protéger les lieux de cultes, tous les lieux de cultes. [...] Je ne pense pas qu'il y ait un risque en Corse, mais on est inquiets, tout peut arriver. Des fous, il y en a partout. On a demandé aux imams de Corse de prêcher la paix et le bien vivre ensemble, et de parler aux jeunes. Même s'il y a des dessins qui ne leur plaisent pas (référence aux caricature du prophète de l'islam), on vit en démocratie, on est en France, c'est un pays laïque et il faut respecter la loi", affirme-t-il. 

Concernant la jeunesse musulmane plus particulièrement, Miloud Mesghati pointe la responsabilité des réseaux sociaux dans la radicalisation, et appelle à la vigilance.

"Celui qui a égorgé le prof, c'était un jeune, il avait 18 ans...Ceux qui avaient égorgé le père Hamel aussi, étaient jeunes [...] Je demande à l'Etat de contrôler les réseaux sociaux".

L'entrée de la mosquée Masjid As-Salam, à Mezzavia, fermée au public comme les autres en Corse
L'entrée de la mosquée Masjid As-Salam, à Mezzavia, fermée au public comme les autres en Corse © Radio France - Olivier Castel

De plus, le président du culte musulman en Corse indique que des inscriptions sous forme d'avertissement ont été retrouvées "il y a deux trois jours" sur les murs de la salle de prière de L'Isula Rossa. L'association locale a porté plainte.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess