Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Corse : "la violence est comme la goutte de grenadine dans le tonneau d'eau, elle contamine tout", J-F Bernardini

-
Par , , France Bleu RCFM

"La non-violence, ça s'apprend"... C'est le message martelé depuis plusieurs années déjà par Jean François Bernardini et sa fondation Umani. Le chanteur des Muvrini a tenu une conférence ce lundi à Ajaccio pour en débattre avec 300 collégiens et 270 lycéens. La violence est selon lui un échec.

Jean-François Bernardini et sa fondation Umani, artisans de paix
Jean-François Bernardini et sa fondation Umani, artisans de paix © Radio France - Thibaut Quilichini

Corse, France

Jean-François Bernardini poursuit inlassablement son combat contre la violence, un combat entamé en 2002 avec la création de la fondation Umani. Elle rassemble des gens de toutes générations, de toutes origines et convictions pour œuvrer dans l'intérêt général, en faveur d'un modèle de société garant de valeurs humanistes et solidaires. Résolument contre la violence, contre toutes les violences.

Il faut donner à chacun la boussole pour ne pas entrer dans le piège de la violence contre la violence. C'est un piège fatal qui nous enferme dans l'échec, Jean-François Bernardini

"On pourrait croire que la violence est moins importante aujourd'hui qu'hier parce qu'on tue moins, mais, elle a muté, elle est multiforme (...) tout est violences, explique le chanteur du groupe I Muvrini, il y a celles qu'on connait historiquement, et puis il y a les violences invisibles, structurelles, les injustices. Il faut en prendre conscience, et donner à chacun la boussole pour ne pas entrer dans le piège de la violence contre la violence. C'est un piège fatal qui nous enferme dans l'échec. Quand la violence fait irruption dans la société, dans le débat, elle prend toute la place, elle est, conclut Jean-François Bernardini, comme la goutte de grenadine dans le tonneau d'eau, elle contamine tout le tonneau". 

Jean-François Bernardini