Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Corse : les violences conjugales ne sont en rien exceptionnelles

mardi 5 mars 2019 à 6:00 Par Patrick Rossi, France Bleu RCFM

120 dossiers en un an, 22 ces 15 derniers jours, la structure, spécialement conçue à l’hôpital de Bastia pour venir en aide aux femmes violentées, tourne malheureusement à plein régime.

22 femmes, victimes de violences conjugales, ont été admises ces 15 derniers jours à l'hôpital de Bastia
22 femmes, victimes de violences conjugales, ont été admises ces 15 derniers jours à l'hôpital de Bastia © Maxppp -

Corse

L’auteur présumé des coups de feu mortels contre une mère de famille à l’Ile-Rousse a fait l’objet d’une prolongation de garde à vue. Il était l’ancien compagnon de cette mère de famille. Le couple était séparé. Mais la relation était conflictuelle. Plusieurs plaintes avaient d’ailleurs été déposées de part et d’autre.  

Ces faits, graves et dramatiques, ramènent sur le devant de la scène la problématique des violences conjugales. Des situations qui, malheureusement, n’ont rien d’exceptionnelles. 

22 dossiers en 15 jours 

Les données mises à disposition par l’hôpital de Bastia en attestent. En l’espace de 15 jours, 22 femmes ont été admises pour des violences conjugales. Le Docteur Hatem Ballé est le médecin urgentiste référent sur les violences faites aux femmes aux urgences de Bastia. Depuis un an, un protocole a été mis en place pour les aider. Près de 120 dossiers ont été traités en une année. « Lors du protocole nous faisons une évaluation clinique, psychologique. On reçoit la dame. On ne parle pas que de ce qui vient de se passer. On remonte dans le temps, on fait un historique. De là, on se fait une idée et nous orientons vers une consultation psychiatrique pour évaluer l’impact psychologique sur son état physique et moral. Nous faisons ensuite une évaluation socio-économique et enfin une évaluation juridique. Enfin, nous entamons le traitement pour gérer la situation.  Pour vous donner un petit exemple, il y a dix jours, nous avons eu un dossier. Il fallait absolument mettre la dame à l’abri. En 48 heures, 35 personnes ont travaillé sur ce dossier. » 

120 dossiers en un an, 22 en 15 jours, les violences conjugales ne sont en rien exceptionnelles