Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Corse : pour l’ancien recteur Michel Barat, déconfinement doit rimer avec retour à l’école

-
Par , France Bleu RCFM

Alors que de nombreux élus insulaires et syndicats d’enseignants refusent un retour en classe le 11 mai, l’ancien recteur de l'académie de Corse plaide lui pour une reprise des cours et alerte sur le risque de décrochage des élèves les plus défavorisés.

Michel Barat
Michel Barat © Maxppp - Maxppp

C’est ce mardi à l’Assemblée nationale que le Gouvernement doit commencer à dévoiler sa stratégie de déconfinement, avec au cœur du sujet la reprise de l’école. En Corse,  cette dernière suscite de nombreuses inquiétudes, tant chez certains maires, qui annoncent refuser d’ouvrir les écoles de leurs communes, que chez les syndicats enseignants majoritaires de l’île, qui se montrent pour l’heure farouchement opposés à une reprise des cours au mois de mai.

Pourtant, selon l’ancien recteur d’Académie Michel Barat, le déconfinement doit s’accompagner d’une réouverture des écoles « Tout d’abord, je constate que tous les pays confinés en Europe rouvrent leurs écoles. Ensuite, le problème pour les enfants qui n’ont pas pu aller à l’école est que certains d’entre eux n’ont pas pu disposer des moyens importants que l’éducation nationale avait donnés pour le travail à distance. Et le problème est particulièrement sensible pour les enfants scolarisés au primaire. À cela il faut ajouter les problèmes de maltraitance qui ont augmenté. Il faut rouvrir les écoles, car si nous ne le faisons pas, le risque d’avoir par la suite de nombreux décrocheurs en fin de collège est très important.»

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une rentrée maintenant pour préparer celle de septembre

Finir l’année scolaire dans la configuration actuelle et reprendre les cours présentiels en septembre est une solution régulièrement évoquée par les opposants à une reprise de l’école au déconfinement. 

Mais Michel Barat, s’il se dit compréhensif vis-à-vis des inquiétudes émises, n’est pas sur la même longueur d’onde «Les problèmes que nous rencontrons aujourd’hui pour l’organisation des classes, nous allons les rencontrer aussi en septembre, car n’imaginez pas que la question sanitaire va disparaître ! Selon moi, entamer une rentrée progressive dès maintenant, va être aussi un moyen de tester, de mettre en place, une expérience pour pouvoir organiser une rentrée pleine en septembre. La rentrée progressive d’aujourd’hui est à mes yeux, la conditions de la rentrée en septembre. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess