Société

Côte-d'Or : pas de festivités sans sécurité

Par Arnaud Racapé et Justine Dincher, France Bleu Bourgogne jeudi 31 décembre 2015 à 6:35

La gendarmerie et la police seront mobilisés partout dans le département
La gendarmerie et la police seront mobilisés partout dans le département - PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Dans quelques heures, vous allez bien manger, bien boire, bien danser... C'est le réveillon de la Saint Sylvestre ! 60.000 policiers et militaires seront de sortie. Et pour garantir la sécurité de tous les fêtards côte-d'oriens, les forces de l'ordre seront partout pour veiller sur nous.

Malgré l'état d'urgence, le dispositif mis en place en cette fin d'année 2015 diffère assez peu de l'année dernière. 

En 2014, environ 200 gendarmes et 80 policiers étaient mobilisés sur les routes du département, en ville et en campagne. Ce soir, bis repetita, priorité à la lutte contre l'alcool au volant. Neuf français sur dix vont boire pour le réveillon, six sur dix plus de trois verres, et la moitié des personnes qui rentrent en voiture n'ont rien prévu de particulier pour leur retour.

Contrôles renforcés et interdictions

En Côte-d'Or, les contrôles vont donc se multiplier notamment aux abords des lieux de festivités, boîte de nuit, salles des fêtes, restaurants, avec un pic des tests après les sorties de soirées, vers trois heures du matin. Ils se poursuivront jusque dans la matinée.

Fait inédit cette année, vigilance toute particulière à cause de l'état d'urgence, avec des patrouilles renforcées dans les rues du centre-ville de Dijon et de Beaune. A noter que les pétards et les feux d'artifices sont également interdits.

Enfin, les conteneurs à ordures, les véhicules abandonnés doivent être enlevés pour ne pas donner de mauvaise idée aux incendiaires. L'an dernier, en Côte-d'Or, huit voitures avaient été brûlées pendant la nuit de la Saint-Sylvestre, les forces de l'ordre avaient alors contrôlé 23 conducteurs en état d'ivresse, et 11 s'étaient vus retirer leur permis de conduire.

"l'état d'urgence joue sur le moral des troupes"

Pour Frédéric Paillard le secrétaire régional du syndicat Alliance Police nationale pour la Bourgogne Franche-Comté, il est temps que les mesures de sécurités exceptionnelles prennent fin. Il en va du moral et de la santé des policiers : "on a des collègues qui attendent avec impatience la fin de l'état d'urgence pour pouvoir bénéficier de leurs congés puisque avec l'état d'urgence, on une obligation sur la réduction du taux d'absence, et la multiplication des services fait que nos collègues ne peuvent pas prendre les repos auxquels ils peuvent prétendre. Je vous avoue très franchement qu'avant les événements de novembre certains étaient déjà passablement fatigués, mais là certains ont beaucoup donné et le renforcement des mesures de sécurités fait qu'on a besoin de collègues sur le terrain et tout ça joue sur le moral des troupes."