Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : LE + INFO de France Bleu Bourgogne

LE + INFO - Une formation spéciale pour les réfugiés à l'AFPA de Chevigny-Saint-Sauveur

-
Par , France Bleu Bourgogne
Côte-d'Or, France

46 réfugiés bénéficient depuis la rentrée d'une formation sur mesure pour les aider à s'insérer dans la société en trouvant un emploi. Elle dure un an, dans un premier temps elle se concentre sur la maîtrise du français, pour permettre ensuite aux bénéficiaires d'apprendre leur futur métier.

Jusqu'en janvier, l'essentiel de la formation est centré sur la maitrise du Français.
Jusqu'en janvier, l'essentiel de la formation est centré sur la maitrise du Français. © Radio France - Lila Lefebvre

HOPE, ça signifie l'espoir en Anglais, c'est aussi le nom d'un programme mis en place par l'Etat français pour aider l'intégration des réfugiés.  Cela signifie : "Hébergement Orientation Parcours vers l'emploi".  En Bourgogne, 46 réfugiés, qui ont fuit la guerre ou la famine bénéficient depuis le mois d'octobre d'une formation à l'AFPA (centre de formation professionnel) de Chevigny-Saint-Sauveur.  Cette formation dure toute l'année scolaire (9 mois), la première étape : leur apprendre le Français, et la seconde : les former à un métier.

L'AFPA de Chevigny a dû embaucher de nouveaux professeurs en Français Langue Etrangère.
L'AFPA de Chevigny a dû embaucher de nouveaux professeurs en Français Langue Etrangère. © Maxppp - Lila Lefebvre

La première étape de la formation consiste en un cours de français normal. Dans une des salles de l'étage de l'AFPA, une douzaine d'élèves ont le nez plongé dans des exercices à trous, en face d'eux, leur professeur, Philippe Verdin, stylo vellada à la main, il inscrit les réponses sur son tableau blanc ..."on revient sur la conjugaison du verbe pouvoir... est-ce que... je peux ... vous vous souvenez ? ".  

Mais pas besoin de connaitre par cœur, les accords du participe passé... "Ici on apprend le Français de la vie courante. Le but de cette formation c'est de leur apprendre en un temps très court ce dont ils auront besoin très vite", explique Philippe Verdin. Les verbes les plus courants donc, mais une partie de la formation est centrée sur les mots de l'entreprise ou de l'usine. Et les élèves en sont très demandeurs.  Zabi Lacan par exemple a fuit l'Afghanistan pour la France il y a un an, sans parler un seul mot de Français : "C'est obligatoire pour le travail, c'est un peu compliqué mais on peut apprendre, moi je révise beaucoup le soir chez moi après les cours"

Il faut savoir qu'il n'est pas allé à l'école, sa volonté est admirable"

Des efforts que salue Philippe Vardin, "il débarque en France, c'est un autre pays, une autre culture, il est perdu. Il faut savoir qu'il n'est pas allé à l'école, sa volonté est admirable". Philippe Vardin, est professeur de Français Langue Étrangère,  pour les non francophones, il a travaillé avec différents public, et a rarement eu une classe aussi studieuse. 

Les douze premières semaines de cours sont consacrées exclusivement à l'apprentissage du Français.
Les douze premières semaines de cours sont consacrées exclusivement à l'apprentissage du Français. © Radio France - Lila Lefebvre

"On a dû recruter des formateurs spécifiques Française Langue Etrangère, qui ont on l'habitude de travailler avec ce type de public", explique, Séverine Lavallée,  responsable de la formation HOPE pour le site de Chevigny. C'est un dispositif inédit pour l'AFPA qui a demandé beaucoup de travail et d'aménagements. 

L'objectif est d'aller vers l'insertion des réfugiés dans la société française. Cela passe donc par la formation et l'aide à trouver un travail, mais le programme HOPE les accompagne au delà. Beaucoup d'élèves de cette formation vivaient en centre d’hébergement d'urgence, l'AFPA de Chevigny-Saint-Sauveur leur propose donc de les loger sur place le temps de la formation, et ce même les week-ends. "Et ce n'est pas tout, poursuit Fabienne Petot-Jannier la directrice de l'AFPA, on leur propose aussi la restauration, et l'accompagnement personnalisé social et culturel, comme des sorties"

Parmi les 46 bénéficiaires, il y a seulement deux femmes.
Parmi les 46 bénéficiaires, il y a seulement deux femmes. © Radio France - Lila Lefebvre

Pour l'instant toutes ses prestations sont gratuites, mais dès janvier, les stagiaires auront un salaire puisqu'ils commenceront à travailler en entreprise, il leur sera alors demandé de participer à hauteur de 160 euros par mois. Bien volontiers, répond Zabi : "Je suis très content d'être ici, on reste ici, on mange sur place, on apprend la langue sur place, c'est le point positif  de cette formation"

Dès janvier, les 46 formés intégreront les entreprises en fonctions de leur spécialisation. Mille réfugiés bénéficient de cette formation en France, l'objectif est de passer à 3000 bénéficiaires dès l'an prochain.

Le reportage à la formation pour les réfugiés de l'AFPA de Chevigny-Saint-Sauveur

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu