Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Coupe de France : le match Trélissac - Marseille se jouera à Limoges

Le club de football de Trélissac annonce ce jeudi soir que le match de Coupe de France qui l'opposera le 5 janvier prochain à l'Olympique de Marseille se jouera à Limoges.

Le match Trélissac- Marseille se jouera dans le stade entièrement rénové de Beaublanc
Le match Trélissac- Marseille se jouera dans le stade entièrement rénové de Beaublanc © Radio France - ville de Limoges /Julien Dodinet

24000 Périgueux, France

C'est donc à Limoges que se jouera le match du 32ème de finale de la coupe de France entre Trélissac ( N2) et Marseille (L1) le 5 janvier prochain. Le club périgourdin l'a annoncé ce jeudi soir lors d'une conférence de presse. Le match aura lieu dans le nouveau stade de Beaublanc. 

Le stade Francis Rongiéras de Périgueux trop petit

Toute la journée, les rumeurs sont allées bon train sur le stade qui serait choisi pour ce troisième match entre Trélissac et l'OM en coupe de France. Le stade de Brive était pressenti ainsi que le stade Francis Rongiéras à Périgueux. Mais Trélissac devra donc renoncer à jouer sur ses terres périgourdines. En 2010, le même match, déjà face à l'Olympique de Marseille, s'était joué à Périgueux et en 2016 à Bordeaux.

Le stade de Beaublanc possède une capacité de 14 000 places. De plus, il existe une convention entre la ville de Limoges et la ligue de football de Nouvelle-Aquitaine pour que le stade accueille au moins une fois par an une équipe de ligue 2 ou ligue 1. Les dirigeants du club de Trélissac et la mairie de Limoges s'étaient mis d'accord depuis ce mercredi. Une réunion technique entre les deux parties s'est même déroulée ce jeudi dans la journée pour visiter les infrastructures du stade. 

Francis Rongiéras pas adapté

Le stade Francis Rongiéras à Périgueux n'a pas été retenu pour des raisons de capacité d'accueil, mais aussi de sécurisation. Une rencontre face à un club de l'envergure de l'OM demande d'énormes précautions de sécurité... Des garanties qui ne pouvaient pas forcément être remplies par le stade Francis Rongiéras, trop vétuste selon la direction du TFC. Le calendrier était également trop court pour sécuriser l'ensemble du complexe avant le 5 janvier. 

A contrario, le stade Beaublanc offre toutes les garanties selon la direction. Il s'agit d'un stade de première catégorie (à titre de comparaison, le stade Francis Rongiéras est classé en quatrième catégorie). Il répond donc à toutes les normes et peut accueillir tous types de matchs. D'un point de vue sécurité, l'enceinte est également complètement fermée et semble avoir rassuré les organisateurs. 

C'est dommage pour les périgourdins, et je suis le premier déçu." - Fabrice Faure, le président du Trélissac Football Club. 

Les dirigeants du TFC sont bien conscients que jouer un match aussi important à Limoges, c'est aussi une déception pour les périgourdins fans de football. Fabrice Faure se dit lui aussi "déçu" de ne pas pouvoir accueillir une telle affiche sur le territoire périgourdin, faute d'installations suffisantes. Il compte toutefois organiser un transport commun pour que les supporters de Trélissac et de Dordogne puissent assister à la rencontre. Le club a commencé à discuter avec la région pour affréter un TER (si la grève est finie d'ici là) et un ensemble de navettes de bus pour amener les supporters au stade Beaublanc. 

On n'a pas été invités à la table des négociations" - Antoine Audi, le maire de Périgueux. 

De son côté, Antoine Audi, le maire LR de Périgueux est lui aussi déçu, mais pour d'autres raisons. Il l'assure, "dès mardi matin, la ville de Périgueux a pris contact avec les dirigeants du club, j'ai moi-même laissé un message au président qui ne m'a pas répondu".  Au-delà de ses relations plutôt fraîches avec le président du TFC, le maire estime que l'enjeu de cette rencontre est bien plus important. "Avant même de savoir si on pouvait techniquement le faire ou pas à Périgueux, le choix s'est porté ailleurs... Tout ça, c'est au préjudice des amateurs de sport périgourdins, et je le déplore vraiment". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu