Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Couples séparés par le Covid : Annaïg, une étudiante de Poitiers, espère bientôt retrouver son amoureux Nakul

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Le gouvernement a annoncé dimanche la mise en place d'une procédure dérogatoire pour rapprocher les couples binationaux séparés par le Covid. Un espoir pour une étudiante poitevine et son amoureux indien.

Anaïg et Nakul, un couple franco-indien, séparé par le Covid.
Anaïg et Nakul, un couple franco-indien, séparé par le Covid. - Annaïg Ortscheit

5.000 km séparent Nakul, un ressortissant indien habitant le Koweït, de sa dulcinée Annaïg, une étudiante de Poitiers. Les deux tourtereaux se sont rencontrés en 2019 lors d'un séjour universitaire en Australie. Après un coup de foudre réciproque au pays des kangourous et un retour quatre mois après dans leur pays respectif, le couple attendait impatiemment ses retrouvailles prévues en mars dernier. L'épidémie de coronavirus en a décidé autrement. Cela fait donc onze mois qu'ils ne se sont plus vus et qu'ils se disent "je t'aime" par téléphone. 

On pleure tout le temps (Annaïg) 

"On est dans un état dépressif, ça ne va pas, ça ne va vraiment pas. On est tous les deux très tristes. On espérait se revoir au printemps mais malheureusement le virus est arrivé et c'est devenu impossible. C'est une attente perpétuelle. Tout ce qu'on demande, c'est juste se serrer dans nos bras et être ensemble quelques semaines".

Anaïg est toute ma vie (Nakul)

"Chaque fois que j’aimerais faire un câlin à Annaïg je ne peux pas, parce qu’elle est tellement loin de moi, donc je me retrouve à serrer mon téléphone.. parce que c’est ce qui me rapproche le plus d’elle."

"C’est une super bonne nouvelle que le gouvernement français s’intéresse enfin à nous"

Après avoir discuté avec le collectif "Love is not Tourism", qui rassemble plusieurs milliers de binationaux écartelés par les restrictions imposées par le Covid, Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d'Etat au Tourisme, a annoncé dimanche, dans les colonnes du JDD, la mise en place d'une procédure dérogatoire pour les couples séparés.

Ce virus n'aime pas l'amour. Nous, si ! (Jean-Baptiste Lemoyne)

Dans les faits, les amoureux "devront se présenter au consulat avec des documents attestant d'activités communes, leurs pièces d'identité, une preuve de résidence en France pour le conjoint français (...) Ces dérogations, qui seront validées par la Commission interministérielle de crise, entraîneront la délivrance d'un laissez-passer lorsque c'est nécessaire", a précisé le secrétaire d'Etat chargé des Français de l'étranger.

"J'ai appelé le consulat de France ici dès ce matin et ils n’avaient aucune information sur les démarches", regrette Nakul. "C'est une procédure qui va prendre du temps mais on a déjà préparé nos dossiers", s'enthousiasme Annaïg. "Ça me paraît quand même un peu fou que l'on doive prouver que l'on s'aime!" 

Après onze mois sans se voir, le couple va encore devoir prendre son mal en patience. En attendant le sésame du laissez-passer, les deux amoureux continuent à s'échanger des "I Love You" à distance, même si, comme le dit Annaïg, "le téléphone, ça ne remplace pas le contact".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess