Société

Courir pour soutenir la garde alternée

Par Benjamin Glaise, France Bleu Orléans dimanche 9 octobre 2016 à 18:22

Les participants s'apprêtent à prendre le départ de la première Foulée Parentale
Les participants s'apprêtent à prendre le départ de la première Foulée Parentale - Benjamin Glaise

L’association "Égalité parentale" organisait ce dimanche matin à l’île Charlemagne les premières « Foulées parentales ». Ouvertes à tous, elles avaient pour but de sensibiliser le public sur la question de la résidence alternée en cas de séparation.

A l’appel de l’association "Égalité parentale", une trentaine de personnes se sont retrouvées ce matin à l’île Charlemagne pour courir au profit d’une plus grande égalité entre hommes et femmes dans la garde des enfants en cas de séparation.

"Mes enfants souffrent car ils ont l'impression de devoir choisir entre leur père et leur meère" témoigne Corinne

Parmi les participants, Thierry a divorcé il y a 9 ans. Il bénéficiait de la garde de ses 3 enfants un week-end sur deux ainsi que la moitié des vacances scolaires. Mais en 2012, son ex-femme a déménagé en Belgique et son droit de garde s’est vu limité à un week-end par mois. Une situation compliquée à gérer pour Thierry : "Après avoir gardé ma fille un week-end, elle m’a avoué qu’elle n’avait pas eu très envie de venir car elle ne savait pas trop quoi me dire. C’est difficile car nous ne partageons plus le même quotidien." Corinne aussi connait ce sentiment. Divorcée et sans emploi à l’époque, elle a obtenu le droit de garde de ses enfants un week-end sur deux. Mais le déménagement de son ex-mari pourrait la séparer de ses enfants pour des périodes plus longues. "Je n'ai presque plus de contacts avec mes enfants. Ils en souffrent d’autant plus qu’ils vivent la situation comme un choix à faire entre leur père et leur mère" explique Corinne.

"Nous souhaitons changer les mentalités et les conceptions" explique Pierre, porte-parole d"Egalité Parentale Orléans

L’association "Égalité parentale" anciennement "SOS papas" s’était faite connaître par le passé à travers des actions spectaculaires, en se hissant notamment au sommet de la cathédrale d’Orléans en mai 2013. Depuis l’association a changé de méthode comme l’indique Pierre, le porte-parole d’"Égalité parentale" qui a préféré gardé l’anonymat : "Le bilan de ces actions de grimpe sur des grues ou des cathédrales a eu le mérite de faire parler de la cause et des difficultés à pouvoir maintenir le lien affectif et éducatif avec ses enfants. Des actions de ce genre se font encore mais on se rend bien compte que l’effet médiatique est devenu moins important. On a donc fait évoluer nos actions." L’association continue de promouvoir la garde alternée en cas de séparation alors qu’aujourd’hui le juge des affaires familiales confie encore les enfants à leur mère dans plus de 80% des cas. "Égalité parentale" souhaite que la résidence alternée soit prioritaire à chaque fois que l’un des parents la demande.Et pas seulement en faveur du papa

Partager sur :