Société

Coût économique de la pollution de l’air : le Sénat mène l’enquête

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région mercredi 18 mars 2015 à 5:00

Le pic de pollution peut entraîner un voile dans le ciel, comme ici à Paris en mars 2012
Le pic de pollution peut entraîner un voile dans le ciel, comme ici à Paris en mars 2012 © Maxppp

La commission d’enquête sénatoriale a lancé mardi ses recherches pour déterminer le coût économique et financier de la pollution de l’air. Ses travaux commencent véritablement le 19 mars 2015.

Alors que la région Ile-de-France connait en ce moment un pic de pollution aux particules fines, mais c'est peut-être un hasard, le Sénat a décidé, mardi, de lancer des travaux pour déterminer le coût économique et financier de la pollution de l’air . Cette commission d’enquête sénatoriale, composée de 17 membres, est présidée par le sénateur UMP de Meurthe et Moselle, Jean-François Husson.

Il n’existe pas grand chose comme études ou comme chiffres sur le côut de la pollution de l'air ? Les statistiques sont rares et elles ne font pas l’unanimité. Ce qui est aujourd’hui certain quand même, c’est que la pollution de l’air pose des problèmes de santé (maladies respiratoires ou  problèmes cardiovasculaires par exemple). Des études parlent même de décès prématurés dus à la pollution.Quant au coût, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a évalué, en avril 2014, le coût de la pollution intérieure à au moins 19 milliards d’euros par an.

Ce que souhaite faire la commission sénatoriale c’est aller plus loin en étudiant toutes les pollutions, sans tabou. Les sénateurs pensent pouvoir produire un travail qui pourra servir de référence . Les premières conclusions de la commission sont prévues pour la mi-juillet. 

Le public peut poser des questions

Tous ceux qui le souhaitent pourront participer à ces travaux de la commission d’enquête sur le coût économique et financier de la pollution de l’air via les réseaux sociaux. Le public pourra poser des questions sur le site de la commission mais aussi sur Facebook et . Les questions et remarques peuvent être déposées quelques jours avant ou en direct. Ces questions seront récoltées et posées, par un membre de la commission, au chercheur ou à l’expert que la personne aura indiqué. Cette façon de faire est une première pour ce type de commission.

Le travail de la commission

La commission veut prendre en compte aussi bien la pollution de l’air extérieur mais aussi intérieur, les sources industrielles, agricoles, domestiques et les transports. Les sénateurs vont par exemple se pencher sur le diésel sans à-priori et en faisant des comparaisons.

Elle veut réaliser une évaluation de l’ensemble des coûts économiques et financiers de la pollution de l’air pour toute la société française . Elle a prévu une série d'auditions. Elle compte rencontrer des ONG, des scientifiques, des économistes et des ministres, des représentants des collectivités locales et des représentants de l’administration. Première audition annoncée : le 19 mars . Il y aura des représentants des associations de surveillance de la qualité de l’air et de l’Institut national de l’environnement industriel des risques.

 

 

Partager sur :