Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Couvre-feu à Lens : "dans mon resto, les gens ont mangé dès 18h pour pouvoir boire un coup"

-
Par , France Bleu Nord

Après la métropole lilloise, désormais tout le Nord-Pas-de-Calais est soumis au couvre-feu, pendant trois semaines minimum. Les bars étant fermés à Lens, les jeunes se sont rabattus sur les cafés-restaurants. Mais impossible de prendre une bière sans commander à manger !

Les policiers lensois n'ont pas rencontré grand monde en début de soirée pendant leurs patrouilles.
Les policiers lensois n'ont pas rencontré grand monde en début de soirée pendant leurs patrouilles. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Pour cette première nuit complète de couvre-feu dans tout le Nord-Pas-de-Calais, les 4,1 millions d'habitants n'ont pas dû rester neuf heures chez eux... mais dix ! A cause du changement d'heure. A Lens, les jeunes que nous avons rencontrés étaient d'accord avec Emmanuel Macron sur une chose : pas facile d'avoir 20 ans en 2020.

Vous croyez vraiment que le virus sera plus méchant à 22h ?

Caroline et Manon, 25 et 23 ans, fument une cigarette à la sortie de l'Irish Tavern, un café-restaurant. Il est tout juste 20h30 : "On décompresse après une grosse semaine en tant qu'infirmières ! On a pris une bière et comme il fallait manger quelque chose, on a commandé une frite", sourient-elles. A 21h, pas de soirée entre copines : "A la maison ! On a des patients fragiles, on prend soin d'eux."

Autour d'elles les serveurs ont déjà presque fini de ranger. Il ne reste plus qu'à faire sortir les récalcitrants : "Vous croyez vraiment que le virus sera plus méchant à 22h ?" ironise l'un d'eux. Le groupe d'amis repart donc ensemble continuer la nuit chez l'un d'entre eux. C'est souvent le cas, explique Thierry : "Tout le monde me dit "de toute façon on se retrouve chez nous". Ils s'entassent dans les appartements à huit ou dix sans masque. On sent une saturation, j'entends parler les jeunes, ils en ont marre de tout ça, ils ont envie de profiter de la vie."

Thierry, patron de l'Irish Tavern, a fait sortir tous ses clients à 20h30.
Thierry, patron de l'Irish Tavern, a fait sortir tous ses clients à 20h30. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

ECOUTEZ - Le reportage France Bleu Nord à Lens

Lens, quasi ville morte

"Beaucoup de gens sont venus boire un verre, on a dû les refuser, en leur disant qu'il fallait commander à manger. Il était 16h, ils n'avaient pas faim, mais c'est partout pareil", raconte Thierry. Le patron a adapté sa carte pour cette première soirée de couvre-feu : welshs, bœuf à la Guinness et quelques Américains. "On est content on a quand même, on a eu un petit peu de monde, des gens qui mangeaient à 18h, 18h30, 19h, les Lensois ont changé leurs habitudes."

ECOUTEZ - Thierry, patron de l'Irish Tavern à Lens

Avec ce couvre-feu on risque d'avoir davantage de violences intra-familiales

Une fois les neuf coups de pendule sonnés, Lens s'est presque figée. A part quelques livreurs, peu nombreux, les rues sont désertes. "C'est très calme dehors, mais avec ce couvre-feu on risque d'avoir davantage de violences intra-familiales", analyse le commandant Baranowski.

Après cette première nuit complète de couvre-feu, les Lensois ne peuvent pas se réjouir à l'idée de suivre le match des Sang et or face à Nantes dimanche : à cause d'un voire plusieurs cas de coronavirus parmi les footballeurs du RC Lens, la rencontre de Ligue 1 est reportée.

ECOUTEZ - En patrouille avec les policiers lensois en plein couvre-feu

Choix de la station

À venir dansDanssecondess