Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre

Coronavirus : à l'heure du couvre-feu, un restaurateur corrézien à Paris fait face

-
Par , France Bleu Limousin

Ce samedi soir a démarré le couvre feu en Île-de-France et dans huit métropoles. Une nouvelle contrainte pour le restaurateur corrézien Benoît Gauthier. Il tient le restaurant "le Grand Pan" à Paris. Comme depuis le début de la crise sanitaire, ce chef corrézien continue à s'adapter.

Benoît Gauthier tient un restaurant "Le Grand Pan" et un bar tapas "Le Petit Pan" à Paris.
Benoît Gauthier tient un restaurant "Le Grand Pan" et un bar tapas "Le Petit Pan" à Paris. © Radio France - Thomas Vinclair

"Je n'ai fait qu'une dizaine de couverts maintenant le soir ! " Benoît Gauthier est amer. Ce chef corrézien tient deux restaurants à Paris dans le 15e arrondissement. "Le Grand Pan", un bistro gastronomique, et "Le Petit Pan", bar à tapas avec des produits frais, sont ouverts depuis 13 ans et 7 ans. Avec le couvre-feu, le chef a observé ce week-end que "les gens ont un peu peur de sortir. Ils ne veulent pas prendre le risque de recevoir une amende."

On en a ras-le-bol !

Avec ce couvre-feu dès 21h, Benoît Gauthier a décidé de fermer son bar à tapas le soir. "Mes salariés sont au chômage partiel le soir. Pour le bistro, j'ai décidé de le garder ouvert le soir. Avec l'aide de ma femme au service, nous sommes seuls ."

Durant le confinement, ce chef avait décidé de développer la vente à emporter pour compenser la fermeture. Aujourd'hui, il réfléchit encore de nouvelles formules pour récupérer des clients comme par exemple mettre en place des brunchs le dimanche midi. " On en a ras-le bol un peu car là, j'ai épuisé toutes les idées et les concepts de la restauration , sourit le chef corrézien, ça commence à être très compliqué."

Un couvre-feu à 21h qui pose question

Le chef trouve que l'heure du début du couvre-feu n'est pas adaptée. "Si le couvre-feu était à 20h au moins on ne se pose pas la question et on n'ouvre pas le soir. Si c'était à 22h, on peut faire un plein service. Mais là à 21h, avec le trajet pour rentrer chez soit, il faut que les gens viennent vers 18h30/19h." Une solution qui rend sceptique Benoît Gauthier : " Moi, à cette heure-ci, je ne vais pas au restaurant."  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess